Publié dans Economie

Filière « cacao » - Les petits producteurs délaissés

Publié le lundi, 13 mars 2017

La production annuelle de cacao à Madagascar reste minime, avoisinant les 7 000 tonnes. « Au niveau local, ce sont les collecteurs qui déterminent le prix du cacao, au détriment des producteurs. Une partie de la transformation du cacao en chocolat est effectuée à l’étranger », déplore Ny Andry Nomentsoa, cultivateur à Ambanja.

Il ajoute : « Rares sont les Malgaches qui peuvent acheter ce produit de luxe alors qu’il est destiné essentiellement à  l’exportation». Un chercheur du Centre de recherche pour le développement s’insurge : « Les petits producteurs malgaches devront recevoir un prix juste ».Le cacao peut être récolté toute l’année. A Paris, la plaque de 100g de cacao fin est vendue à environ cinq euros. Cependant, à Madagascar, le prix du kilo de fève est à environ 2 600 ariary, soit près de 70 centimes d’euro.Près de 95 % de la production de cacao de Madagascar proviennent d’une agriculture familiale paysanne vivant d’un à trois hectares de plantation de cacaoyers. Classé parmi les meilleurs du monde, le cacao de la Grande île a obtenu le label « cacao fine» de l’Organisation internationale du cacao et notre production est certifiée « Bio ». C’est la raison pour laquelle il faut renforcer les efforts de promotion de cette filière. Après la mise en place du Conseil national du cacao qui vise à accroître la productivité et la compétitivité nationale, la création d’un Centre de contrôle de qualité du cacao est envisagée. Le Conseil national du Cacao a été mis en place afin d’accroître la productivité et la compétitivité nationale. Il a pour mission  d’assurer la pérennisation et le développement durable de la filière « cacao ». Plusieurs entités ministérielles dont celle du Commerce, de l’Agriculture, de l’Industrie, ainsi que des représentants de producteurs, des transformateurs, des exportateurs, composent ce conseil.  La mise en place de ces différents organismes vise à améliorer l’environnement des affaires dans le commerce de cacao.

D.H.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

La Une

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff