Publié dans Economie

Filière « cacao » - Les petits producteurs délaissés

Publié le lundi, 13 mars 2017

La production annuelle de cacao à Madagascar reste minime, avoisinant les 7 000 tonnes. « Au niveau local, ce sont les collecteurs qui déterminent le prix du cacao, au détriment des producteurs. Une partie de la transformation du cacao en chocolat est effectuée à l’étranger », déplore Ny Andry Nomentsoa, cultivateur à Ambanja.

Il ajoute : « Rares sont les Malgaches qui peuvent acheter ce produit de luxe alors qu’il est destiné essentiellement à  l’exportation». Un chercheur du Centre de recherche pour le développement s’insurge : « Les petits producteurs malgaches devront recevoir un prix juste ».Le cacao peut être récolté toute l’année. A Paris, la plaque de 100g de cacao fin est vendue à environ cinq euros. Cependant, à Madagascar, le prix du kilo de fève est à environ 2 600 ariary, soit près de 70 centimes d’euro.Près de 95 % de la production de cacao de Madagascar proviennent d’une agriculture familiale paysanne vivant d’un à trois hectares de plantation de cacaoyers. Classé parmi les meilleurs du monde, le cacao de la Grande île a obtenu le label « cacao fine» de l’Organisation internationale du cacao et notre production est certifiée « Bio ». C’est la raison pour laquelle il faut renforcer les efforts de promotion de cette filière. Après la mise en place du Conseil national du cacao qui vise à accroître la productivité et la compétitivité nationale, la création d’un Centre de contrôle de qualité du cacao est envisagée. Le Conseil national du Cacao a été mis en place afin d’accroître la productivité et la compétitivité nationale. Il a pour mission  d’assurer la pérennisation et le développement durable de la filière « cacao ». Plusieurs entités ministérielles dont celle du Commerce, de l’Agriculture, de l’Industrie, ainsi que des représentants de producteurs, des transformateurs, des exportateurs, composent ce conseil.  La mise en place de ces différents organismes vise à améliorer l’environnement des affaires dans le commerce de cacao.

D.H.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff