Publié dans Economie

Elevage et agriculture - Les Néerlandais veulent investir à Madagascar

Publié le mercredi, 15 mars 2017

Investissement. Les opérateurs néerlandais sont intéressés à investir dans la Grande île. Il s’agit d’investissement dans les secteurs de l’élevage et de l’agriculture, particulièrement les filières « zébus » et « pommes de terre », comme l’a expliqué le ministre malagasy de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, hier, lors de la visite de l’ambassadeur des Pays-Bas dans les locaux du ministère à Anosy.

D’après les observations des investisseurs néerlandais, Madagascar possède un énorme potentiel dans ces deux filières. Une collaboration avec le ministère de tutelle, mais également avec des sociétés et des paysans opérant dans ces secteurs, figure parmi les perspectives de collaboration entre l’Etat malagasy et l’Etat néerlandais. « Ces investisseurs opèrent déjà dans plusieurs pays dont notamment l’Afrique de l’Est. Ils pourraient aider notre pays à s’ouvrir sur le marché international, notamment pour la filière "pommes de terre" sur laquelle Madagascar a mis un accent et investi de gros efforts récemment. Nous devons d’ailleurs exporter dans les îles voisines, mais la qualité doit encore être renforcée », a justifié le ministre. Selon ses propos, une collaboration avec les investisseurs néerlandais ne seraient que bénéfiques pour la Grande île, notamment en termes de « renforcement de qualité ». Une possibilité d’exportation de pommes de terre et de la viande de zébu au Pays-Bas s’ouvre également à notre pays.

Quid sur la protection des ressources

Les opérateurs néerlandais exigent toutefois le maintien de la bonne gouvernance et surtout le renforcement de la protection des ressources naturelles malgaches. En effet, parmi les obstacles au développement des investissements et à l’arrivée des investisseurs dans la Grande île figurent la mauvaise gouvernance et la faiblesse de la protection des ressources naturelles. La fuite des ressources naturelles étant un des principaux problèmes auxquels le pays doit faire face actuellement, tant dans les secteurs agricole, extractif et minier, marin et même environnemental. L’ambassadeur néerlandais, Jaap Frederiks est actuellement dans nos murs dans le cadre du dialogue politique au niveau de la Primature qui aura lieu ce jour entre Madagascar et l’Union européenne. Il a ainsi visité le ministère de l’Agriculture, hier.
Tiasoa Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff