Publié dans Economie

Coopération avec l’Aiea - Vers la réalisation de projets gouvernementaux

Publié le dimanche, 19 mars 2017

La coopération prospère. Après 40 ans de coopération avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea), des projets d’envergure gouvernementale sont discutés actuellement entre l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (Instn) de Madagascar et l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea). Proposés depuis plusieurs décennies par les chercheurs scientifiques au sein de l’Instn, ces projets sont finalement en cours de réalisation, si d’autres seront bientôt mis en œuvre. D’apres le Professeur Joël Rajaobelison, agent national de liaison avec l’Aiea, plusieurs projets sont mis en œuvre. Entre autres, « la mise en place du centre de radiothérapie au sein de l’hôpital Hjra et le développement d’un projet pour le développement du secteur minier », a-t-il affirmé, vendredi, lors de la célébration du 60e anniversaire de l’Aiea à Anosy. Rappelons que la radiothérapie fait partie de la médecine nucléaire. D’autre part, « pour la coopération, en considérant l’usage pacifique de l’énergie nucléaire, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique est devenu le point focal auprès de l’Aiea, et ce pour l’effet transversal et multidisciplinaire des recherches effectuées par ce ministère. Ainsi, l’Aiea agira à travers ce dernier et en collaboration avec d’autres ministères, au développement de Madagascar dans les domaines de la santé, de l’énergie, de l’agriculture et de l’élevage », a-t-on appris d’un communiqué de presse.
Prévention du cancer
L’Aiea contribuera au traitement et à la prévention du cancer via le centre de thérapie dédié à la sécurisation alimentaire par la technique de mutation, à l’accroissement de la production animale à l’aide de la caractérisation génétique du bétail, et appuiera également d’autres domaines, tout en respectant la sûreté radiologique (norme en matériels et composantes). Durant la visite de l’Aiea à Mahazoarivo vendredi dernier, le Premier ministre (Pm) Mahafaly Olivier Solonandrasana a fait remarquer que des techniciens malgaches travaillent en tant qu’experts auprès du siège de l’Aiea et au service d’autres pays membres. « Cela reviendrait à affirmer qu’une extension des domaines d’action de l’agence à Madagascar sera la bienvenue car l’on compte assez de chercheurs locaux qui utiliseront leurs acquis au service de la coopération », informe le communiqué. En rappelant que les recherches contribuent réellement au développement à travers le plan national de développement (Pnd), le Pm a fait transmettre des remerciements au directeur général de l’Aiea, et a déclaré que le Gouvernement malgache a bien l’intention de promouvoir davantage les actions de cette agence internationale.
Tiasoa Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff