Publié dans Economie

Les Quatre «vérité » d’Ambatovy - Lalaina Randrianarivelo, communication manager

Publié le dimanche, 02 avril 2017

La Vérité (+) : Ambatovy organise régulièrement des journées portes ouvertes. Pour quelles raisons ?
Lalaina Randrianarivelo (=) : « A travers les journées portes ouvertes que nous organisons tous les trois ou quatre mois à Antananarivo, Moramanga, Toamasina, nous voulons mettre en exergue qu’Ambatovy est la plus grande industrie de Madagascar. Une telle industrie apporte différents impacts économiques positifs pour le pays. Cette fois, Ambatovy organise des journées portes ouvertes à la Gare de Soarano du 1er au 9 avril. Il y a une certaine confusion entre retombée économique et celle financière. Nous essayons d’expliquer l’ampleur des retombées économiques d’une telle exploitation. L’exploitation de nickel et de cobalt à elle seule constitue 32 % des recettes en devises de Madagascar. A cela s’ajoutent les effets de l’exploitation sur la balance commerciale et monétaire ».
(+) : A part cela, qu’est-ce qui distingue la compagnie ?
(=) : « Les contributions sociales d’Ambatovy se distinguent à travers les fonds d’investissement sociaux, notamment 17 projets d’infrastructures et des projets sociaux. L’aide aux sinistrés après le passage du cyclone Enawo illustre les actions sociales les plus urgentes émanant de la compagnie minière d’Ambatovy. Cette compagnie réalise ce qui n’est pas fait habituellement, c’est-à-dire ce que les autres contributeurs ne peuvent pas apporter. En accord avec le Gouvernement de Madagascar, à travers le ministère des Finances et du Budget, Ambatovy va consacrer 600 millions d’ariary de son fonds d’investissement social afin de venir en aide aux communautés dans ses zones d’intervention touchées par le passage du cyclone Enawo ». « Outre l’aide d’urgence destinée à subvenir aux besoins les plus urgents des sinistrés, entre autres du riz et de l’huile, des fûts capables de stocker de l’eau potable, Ambatovy a appuyé les unités de secours, la réhabilitation des infrastructures, le collecte de fonds et le volontariat des employés de la compagnie,… ».
(+) : Pouvez-vous citer les 17 projets d’infrastructures et les projets sociaux ?
(=) :  « Ces projets sont le projet d’élevage de poulets de chair  baptisé "Harenasoa" , la réhabilitation du marché de "Bazary Be" à Toamasina, la destruction du stock restant d’ammoniac de l’ancienne société Zeren, la réhabilitation du marché de Moramanga, la réhabilitation d’une portion de route à Ambatondrazaka, le projet de gestion des ordures "Moramadio" à Moramanga, le projet de gestion des ordures "Tanamadio" à Toamasina, la création d’une unité de protection civile à Toamasina, l’appui à la Jirama de Toamasina, la fourniture d’équipements pour la Brigade des pompiers de Toamasina, la réhabilitation du lycée technique de Toamasina, la mise en place d’un fonds pour la bonne gouvernance des redevances minières, la réhabilitation du marché de Brickaville, la réhabilitation et la construction d’infrastructures à Toamasina. A cela s’ajoutent la construction d’un laboratoire pour l’One (Office national pour l’environnement) de Toamasina, la réhabilitation du Tribunal de Moramanga, l’achat d’une ambulance pour Moramanga ».
(+) : Quelles sont vos perspectives de développement ?
(=) : « Ambatovy demeure dans la logique d’austérité vu que le cours du nickel reste relativement bas. La compagnie essaie de réduire au maximum les coûts de revient pour éviter les grosses pertes irrémédiables. Depuis novembre 2015, le prix du nickel sur le marché international varie en dents de scie. Cette variation est de l’ordre de 8 000 à 10 500 usd par baril ».
Recueillis par  Donas Hanitriniony Ralay

Fil infos

  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA

La Une

Editorial

  • Corporatisme et impunité
    Lors de la « Concertation nationale des grands responsables de la Police nationale tenue à Ivato (CCI) le 20 août 2019, le Premier ministre Ntsay Christian sort de ses gonds. D’habitude conciliant dans ses interventions publiques, le Chef du Gouvernement n’a pas pu retenir la colère face à la défense exclusive et parfois aveugle des intérêts professionnels constatée au sein de la Police nationale. Ntsay a tapé sur la table ! Il dénonce le comportement corporatiste qui frise l’impunité dans les rangs des Forces de l’ordre.Néanmoins, le scélérat geste le moins que l’on puisse dire de la Police nationale n’est seulement le fait de cette unité des Forces de l’Ordre, le regrettable comportement s’enregistre malheureusement aussi chez d’autres Corps de métier et qui s’apparente à une tendance généralisée à asseoir l’impunité en tant que système. De l’immunité parlementaire. Les largesses que la Loi fondamentale donne jouissance à un parlementaire préoccupent le citoyen…

A bout portant

AutoDiff