Publié dans Economie

Prix des carburants - La hausse se poursuit

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Dans la nuit du 31 mars, les prix à la pompe ont encore augmenté.  La hausse est de 40 ariary par litre pour l’essence et de 30 ariary par litre pour le gasoil. Le litre du gasoil s’acquiert actuellement à 3 260 ariary, tandis que le litre de  l’essence Sp 95 est commercialisé à 3 840 ariary. Le prix du pétrole lampant est resté à 2 370 ariary par litre.

Depuis plus d’un an, les consommateurs s’attendent à la hausse des prix de ces produits pétroliers au début de chaque mois. Même si l’augmentation n’est pas si flagrante pour les automobilistes qui achètent une petite quantité de carburant, cette hausse est quand même perceptible pour les transporteurs. Ndriana Rajaonarivo, chauffeur de "taxi-be", affirme : « Au fil du temps, cette légère augmentation de prix des carburants aura des répercussions sur la vie de la population en général et engendrera une inflation. D’ores et déjà, l’augmentation de prix du riz et du charbon n’est plus à la portée de tous. » Le 1er mars dernier, il y avait également une augmentation de prix des carburants. Le prix de l’essence était à 3 720 ariary par litre le 4 février 2017 contre 3 800 ariary au début du mois de mars. Même si le prix du pétrole lampant n’a pas connu de changement, celui du gasoil était passé de 3 150 à 3 230 ariary par litre. En un mois, les prix à la pompe avaient connu une augmentation de 80 ariary par litre. Au début de cette année, les consommateurs avaient déjà eu la mauvaise surprise de faire face à une hausse de 80 ariary par litre du prix des carburants par rapport au prix affiché en décembre 2016. Le litre de l’essence était à 3 720 ariary contre 3 150 ariary par litre pour le gasoil. Entre janvier et avril 2017, le prix de l’essence a connu une augmentation de 120 ariary contre une hausse de 110 ariary par litre pour le gasoil. Après la hausse des prix à la pompe en février dernier, la menace de l’augmentation des frais de transport a obligé l’Etat à faire machine arrière. C’était toutefois une exception car le prix des carburants en janvier a été maintenu quelques jours plus tard. Ainsi, chaque mois, la hausse de prix de ces produits petroliers est devenue habituelle. Entre mars 2016 et mars 2017, les données de l’Office malgache des hydrocarbures (Omh) prouvent que les courbes de prix de l’essence et du gasoil tendent vers la hausse. La variation de prix en dents de scie n’a commencé qu’au début de cette année. Cependant, le prix du pétrole lampant reste stable. Le 31 mars 2016, le litre de l’essence était vendu à 3 290 ariary tandis que le prix du gasoil était fixé à 2 620 ariary par litre. En une année, le prix du gasoil a augmenté de 640 ariary par litre, tandis que celui de l’essence a augmenté de 550 ariary.
D.H.R.

Fil infos

  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA

La Une

Editorial

  • Corporatisme et impunité
    Lors de la « Concertation nationale des grands responsables de la Police nationale tenue à Ivato (CCI) le 20 août 2019, le Premier ministre Ntsay Christian sort de ses gonds. D’habitude conciliant dans ses interventions publiques, le Chef du Gouvernement n’a pas pu retenir la colère face à la défense exclusive et parfois aveugle des intérêts professionnels constatée au sein de la Police nationale. Ntsay a tapé sur la table ! Il dénonce le comportement corporatiste qui frise l’impunité dans les rangs des Forces de l’ordre.Néanmoins, le scélérat geste le moins que l’on puisse dire de la Police nationale n’est seulement le fait de cette unité des Forces de l’Ordre, le regrettable comportement s’enregistre malheureusement aussi chez d’autres Corps de métier et qui s’apparente à une tendance généralisée à asseoir l’impunité en tant que système. De l’immunité parlementaire. Les largesses que la Loi fondamentale donne jouissance à un parlementaire préoccupent le citoyen…

A bout portant

AutoDiff