Publié dans Economie

Services récréatifs - Baisse des employés affiliés à la Cnaps

Publié le mercredi, 19 avril 2017

Tourisme et loisirs. Le taux des employés du secteur des services récréatifs, notamment le secteur du tourisme et des loisirs, affiliés à la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) a considérablement baissé en 2016. De 2015 à 2016, l’effectif est passé de 4 399 à  3 362.

Le taux est ainsi descendu à -23,6 %, selon les chiffres du Tableau de bord économique numéro 26 de l’Institut national des statistiques (Instat) de janvier 2017.  Cette baisse d’effectif a été la plus flagrante en 2016, si l’on considère l’évolution mensuelle des travailleurs nouvellement affiliés à la Cnaps depuis janvier 2015. Selon les explications d’un propriétaire de centre de loisirs, cette baisse pourrait s’expliquer par le fait qu’il n’y ait pas eu de recrutement de nouveaux employés depuis plus de trois ans maintenant. « Ce sont les mêmes personnes qui sont affiliées à la Cnaps. Il n’y a pas eu de nouveaux employés », a expliqué le responsable. Les employés des services récréatifs peuvent comprendre les guides touristiques, les maîtres-nageurs, les maîtres d’espaces de loisirs, les serveurs et barmen, les femmes de chambre, etc. La plupart de ces employés doivent surtout travailler de nuit, durant les week-ends et les jours fériés, et avec des heures de travail ne se limitant pas à 8 heures par jour. Les employés de ces secteurs semblent cependant être des laissés-pour-compte. Ces gens travaillent dans des conditions difficiles depuis plusieurs années, avec un salaire qui peut parfois être en dessous du salaire minimum d’embauche (Sme), s’élèvant actuellement à  144 000 ariary. L’affiliation à la Cnaps est la procédure d’enregistrement du travailleur auprès du centre permettant l’obtention de la carte de travail dans laquelle est inscrit le numéro du travailleur. Ce numéro est unique pendant toute la vie professionnelle du travailleur.  Dès le premier jour de travail auprès d’une société, ou dans les 15 jours si l’entreprise vient d’être créée ou acquise, tout employé doit être déclaré à la Cnaps par l’employeur au moyen d’un avis d’embauchage. Dans le cas où une personne travaille auprès de deux ou plusieurs employeurs, elle doit être déclarée par ces derniers.

Tiasoa  Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff