Publié dans Economie

Services récréatifs - Baisse des employés affiliés à la Cnaps

Publié le mercredi, 19 avril 2017

Tourisme et loisirs. Le taux des employés du secteur des services récréatifs, notamment le secteur du tourisme et des loisirs, affiliés à la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) a considérablement baissé en 2016. De 2015 à 2016, l’effectif est passé de 4 399 à  3 362.

Le taux est ainsi descendu à -23,6 %, selon les chiffres du Tableau de bord économique numéro 26 de l’Institut national des statistiques (Instat) de janvier 2017.  Cette baisse d’effectif a été la plus flagrante en 2016, si l’on considère l’évolution mensuelle des travailleurs nouvellement affiliés à la Cnaps depuis janvier 2015. Selon les explications d’un propriétaire de centre de loisirs, cette baisse pourrait s’expliquer par le fait qu’il n’y ait pas eu de recrutement de nouveaux employés depuis plus de trois ans maintenant. « Ce sont les mêmes personnes qui sont affiliées à la Cnaps. Il n’y a pas eu de nouveaux employés », a expliqué le responsable. Les employés des services récréatifs peuvent comprendre les guides touristiques, les maîtres-nageurs, les maîtres d’espaces de loisirs, les serveurs et barmen, les femmes de chambre, etc. La plupart de ces employés doivent surtout travailler de nuit, durant les week-ends et les jours fériés, et avec des heures de travail ne se limitant pas à 8 heures par jour. Les employés de ces secteurs semblent cependant être des laissés-pour-compte. Ces gens travaillent dans des conditions difficiles depuis plusieurs années, avec un salaire qui peut parfois être en dessous du salaire minimum d’embauche (Sme), s’élèvant actuellement à  144 000 ariary. L’affiliation à la Cnaps est la procédure d’enregistrement du travailleur auprès du centre permettant l’obtention de la carte de travail dans laquelle est inscrit le numéro du travailleur. Ce numéro est unique pendant toute la vie professionnelle du travailleur.  Dès le premier jour de travail auprès d’une société, ou dans les 15 jours si l’entreprise vient d’être créée ou acquise, tout employé doit être déclaré à la Cnaps par l’employeur au moyen d’un avis d’embauchage. Dans le cas où une personne travaille auprès de deux ou plusieurs employeurs, elle doit être déclarée par ces derniers.

Tiasoa  Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff