Publié dans Economie

Activités d’entreprises - Interview avec la société GasyNet

Publié le mardi, 16 mai 2017

Le processus de dématérialisation est fortement encouragé depuis quelques années, notamment au niveau de la douane. La société GasyNet, en tant que partenaire technique, concentre ses efforts sur l’accompagnement du processus de dématérialisation de la douane, et de certaines procédures liées au dédouanement, au niveau des ministères et des agences gouvernementales. Des questions-réponses sur les activités de la société.

 

La Vérité (+) : Quelle activité a été la plus marquante pour la société GasyNet en 2016 ?

GasyNet (=) : Depuis l’année 2016, nous concentrons tous nos efforts pour accompagner la douane dans le processus de dématérialisation. Vous n’en avez peut-être pas l’impression mais à l’heure actuelle, près de 80 % des opérations douanières sont dématérialisées. Après les bureaux des douanes d’Ivato, Toamasina, Fianarantsoa, Nosy Be, Fort-Dauphin, Antsiranana et Toliara, ce sera prochainement le tour du bureau des douanes d’Antsirabe.

(+) : Quels sont vos projets pour cette année 2017 ?

(=) : La dématérialisation reste aujourd’hui notre principal projet. D’un côté, il y a la dématérialisation au niveau de la douane. Et en parallèle, en ce moment même, la douane travaille sur la prochaine migration sur « Sydonia World » et là encore, nous les accompagnons et allons faire en sorte d’établir toutes les interconnections nécessaires entre 

« Sydonia World » et 

« TradeNet ». Ce sera un gros chantier.

Nous travaillons aussi avec les différents ministères et les agences gouvernementales de contrôle pour les accompagner dans cette même démarche de dématérialisation en les intégrant progressivement dans le module Midac qui est un module spécifiquement conçu pour leurs besoins. Il est important qu’ils soient en phase avec la dématérialisation des opérations douanières. Cela permet de mieux sécuriser l’ensemble du processus. Aujourd’hui,  nous avons environ une quinzaine de ministères et d’agences qui sont connectés à ce module et près d’une trentaine de documents dématérialisés. Pour vous donner quelques exemples : le certificat de consommabilité pour les denrées alimentaires, les attestations de destination, le certificat de contrôle de conditionnement et d’origine, et bien d’autres encore. Mais il reste encore beaucoup à faire et principalement sur la partie « exportation » car étonnamment, les documents qui sont aujourd’hui émis à travers le Midac sont à plus de 80 % pour l’importation, alors que l’on sait qu’il y a aussi beaucoup d’autorisations et de certificats requis à l’exportation.

(+) : En tant qu’organisme travaillant avec la douane, quels sont précisément les services que vous offrez ?

(=) : Ecoutez, nous sommes avant tout un partenaire technique. Partenaire à la fois de l’administration dans son projet de modernisation, et partenaire du secteur privé pour la partie « facilitation». Pour cela, nous avons mis en place beaucoup de choses : le Bsc dont vous avez sûrement déjà entendu parler, les scanners et surtout le système « TradeNet ». Mais ce qu’il faut surtout savoir, et ce que les gens n’ont pas véritablement en tête, c’est que derrière ces outils que nous mettons en place et qui sont utilisés par l’administration d’une part et les opérateurs du secteur privé d’autre part, il y a toute une infrastructure technique avec des serveurs, un réseau, des backups, des groupes électrogènes, etc. pour nous assurer qu’il n’y ait pas d’interruption au niveau de la disponibilité de ces outils. En fait, nos rôles consistent à mettre en place les outils et la technologie pour permettre à l’administration de se moderniser et d’être encore plus efficace, ensuite s’assurer qu’ils fonctionnent et que les agents concernés savent les utiliser. Après, chaque entité qui fait son travail !

(+) : Y a-t-il des difficultés rencontrées par la société actuellement? 

(=) : Il ne faudrait pas, à mon avis, parler d’obstacles car lorsqu’on aborde le thème de la dématérialisation et donc de la transparence, tout le monde adhère sur le principe. En tout cas, rares sont ceux qui sont contre ce principe. Mais il faut accompagner les gens. Nous, on a mis en place un service « Helpdesk » qui est à la disposition des utilisateurs 7 jours sur 7 afin de les assister et les aider à résoudre les difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Une fois que les utilisateurs sont familiarisés avec le système, ils comprennent vite le niveau de sécurisation existant et y font confiance. Et ils savent qu’en cas de souci, ils peuvent appeler et bénéficier d’un support rapide.

Néanmoins, il subsiste encore quelques soucis matériels par-ci par-là et des petits problèmes de connexion par moments, mais cela existe partout ailleurs. Et puis, la qualité de la connexion est bien meilleure à Madagascar que dans beaucoup de pays d’Afrique. L’essentiel est d’avancer ! Seulement, souvenez-vous comment se déroulaient les opérations de dédouanement il y a dix ans par exemple ? Aujourd’hui, tout est différent. Mais bien évidemment, rien n’est parfait et beaucoup de choses peuvent encore être améliorées.

Recueillis par  Tiasoa Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Remise de vivres - Tape-à-l’œil du régime Hvm auprès des nécessiteux
  • Ristournes régionales - La Région Atsinanana délestée de 165 millions d’ariary
  • Claudine Razaimamonjy - Incarcération à Antanimora dans 10 jours
  • Campagne de vanille à Madagascar - Un enjeu de près de 5 700 milliards d’ariary
  • Guerre déclarée contre les magistrats - Le Premier ministre fait « machine arrière »
  • Affaire Claudine Razaimamonjy - Un régime qui marche sur la tête !
  • Accusation de déstabilisation - Réplique cinglante des magistrats
  • Présidence de la République - Deux proches du Président limogés
  • Dossiers chauds - Le Premier ministre déclare la guerre aux magistrats
  • Campagne de vanille - L’avertissement de Solonandrasana Olivier fait rire

Editorial

  • Banco !
    Les parlementaires, en particulier les députés, réussirent leurs paris. Le Gouvernement approuva deux décrets modifiant les avantages des députés et les sénateurs, d’une part et accordant à leur disposition 5 assistants parlementaires (permanents), de l’autre. La vie est belle à Tsimbazaza et à Anosikely ! Selon la version d’Antaninarenina, au ministère des Finances et du Budget (Mfb), les caisses de l’Etat le permettent en ce moment. Ainsi, l’Exécutif accéda aux « désidératas » de nos valeureux élus.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff