Publié dans Economie

Investissement à Madagascar - Beaucoup de conférences, peu de résultats

Publié le dimanche, 18 juin 2017

La semaine dernière, plus précisément les 14 et 15 juin, une Conférence des investisseurs pour Madagascar s’est déroulée à Pretoria, en Afrique du Sud. Après Paris, le Gouvernement malgache en partenariat avec le Gouvernement sud-africain ont organisé cette nouvelle conférence pour trouver des fonds afin d’améliorer les différents secteurs-clés de l’économie malgache, notamment le domaine de l’agriculture, celui des ressources minières ou encore le tourisme.

En décembre 2016, après la Conférence des bailleurs et des investisseurs (Cbi) au siège de l’Unesco à Paris, Madagascar a soi-disant bénéficié d’un fonds de plus de 10 milliards de dollars, mais le décaissement de ce fonds tarde encore à venir. La faute à un Etat malagasy qui n’arrive pas à mettre de l’ordre dans sa gestion. En attendant, la hausse de prix des produits de première nécessité (Ppn) et celle du carburant accablent de plus en plus les consommateurs. Le secteur primaire, considéré comme le secteur-clé de l’économie malgache, demeure encore aujourd’hui un secteur informel alors que plus de  80 % des Malgaches sont des agriculteurs et des éleveurs. Lors de cette conférence, le Président malagasy a limité les besoins financiers du pays entre 10 à 20 milliards de dollars après estimation et a privilégié le partenariat public-privé comme un des facteurs-clés du développement. Le Gouvernement prévoit des résultats positifs pour sortir le pays de cette impasse. Toutefois, ces résultats ne devraient pas être de simples solutions éphémères. Ils doivent plutôt apporter une pérénité dans l’équilibre de l’économie malgache qui subit des instabilités tantôt sur la valeur monétaire que sur les emplois et les revenus. D’un autre côté, il faut rappeler qu’un plan national pour le développement a été lancé en 2015, nécessitant un financement de plus de 5,4 milliards de dollars. 2 ans après, rien n’est encore tout à fait concrétisé alors que la somme sollicitée a déjà été atteinte et de nombreux pays souhaitent investir à Madagascar. Des nombreux échanges sont effectivement faits, mais ils n’ont abouti à aucune action concrète pour le réel développement économique du pays. Ainsi, pour y remédier, des actions devront être faites pour atteindre les objectifs fixés avant 2019.

Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Corruption dans l’administration - Un maire et un géomètre sous détention provisoire
  • Destitution de Robert Mugabe - Leçon à retenir pour les Présidents amoureux !
  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens

Editorial

  • De façon draconienne !
     Les grands pays occidentaux, au tout début de l’industrialisation et du grand boum des activités industrielles entre les 18e et 19e siècles, furent des pays d’accueil. En effet, la révolution industrielle qui exigeait pour une pleine expansion et une rentabilité rapide demandait une main-d’œuvre abondante et …moins chère. Les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, à titre d’exemple, recevaient à bras ouverts les migrants arrivés sur leurs sols.

A bout portant

AutoDiff