Publié dans Economie

Nouveaux billets de banque - Le 20 000 ariary au centre des discussions

Publié le mercredi, 12 juillet 2017

Les membres du Groupement des jeunes leaders de Madagascar ont émis leurs avis sur le renouvellement des anciens et l’émission de nouveaux billets de banque, surtout celle du billet de 20 000 ariary, au restaurant Le Garage à Antsahavola, hier. Dans ce sens, ils ont énuméré les impacts éventuels de ce nouveau billet de banque sur le quotidien de la population à Madagascar, et plus particulièrement celui des opérateurs économiques. « L’apparition des nouveaux billets de 20 000 ariary entraînera des changements de comportement des opérateurs économiques. Cette grosse coupure engendrera logiquement une hausse de prix de toutes les marchandises sur le marché.

Nous espérons que la raison de l’émission de ce billet de 20 000 ariary ne se limite pas uniquement à la désuétude des anciens billets qui ont cours depuis 14 ans, mais que ceux qui en sont responsables l’ont fait dans l’optique d’un développement économique efficient à Madagascar », a fait savoir Rado Ratovoson, membre du Groupement des jeunes leaders de Madagascar.

Il a par ailleurs renchéri que des doutes planent quant à la durée de la période pendant laquelle les anciens et les nouveaux billets fonctionneront en parallèle. « Il va sans dire que ce sera surtout les couches aisées de la population qui en seront les principaux détenteurs, et qu’il se peut que ces derniers soient tentés de les utiliser dans un système d’économie informel et souterrain, voire criminel, ce qui n’est point souhaitable », a-t-il supposé. La majorité de la dotation monétaire de cette catégorie de gens va être affectée à des transactions douteuses sans que cela ne laisse de traces. Normalement, l’émission de grosses coupures doit entraîner la suppression des billets de valeurs moindres, par exemple ceux de 5 000 ariary, 2 000 ariary ou 1 000 ariary.   

D’une manière plus terre-à-terre, un autre membre de cette entité, Pascal Rasaony, a ajouté que l’émission de ces nouveaux billets devait être davantage accompagnée d’explications, vu  que la plupart des gens ne sont pas des techniciens, et que le taux de ceux qui ne savent ni lire ni écrire est assez élevé. « L’utilisation de ce billet de 20 000 ariary entraînera des préjudices, si les explications y afférentes ne sont pas suffisantes. A travers cette déclaration, nous interpellons les responsables étatiques », a-t-il conclu. 

Rivo S

31 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff