Publié dans Economie

Petites et micro-entreprises - La société Produits Tsara, satisfaite de la formation Cbc

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

« Nous avons beaucoup appris par cette formation. Parmi les points qu’ils ont traités figurent les critères de qualité et de sécurité alimentaire. Dans ce sens, nous avons appris les normes de qualité requises, afin que les produits soient éligibles au niveau des marchés internationaux. Ces critères doivent essentiellement porter sur la propreté et d’hygiène concernant les conditions de fabrication de nos produits mais également sur leur mode d’écoulement qui nécessite l’adhésion à un réseau international pour faciliter la recherche de marchés et de partenaires à l’étranger », a expliqué Noronjanahary Abéline Ramakarivao, gérante et non moins fondatrice de la société Produits Tsara, fabricante de purées de piment, d’ail, de gingembre et de poivre vert, une des micro-entreprises bénéficiaires de l’atelier organisé conjointement par la plateforme tripartite des secteurs privés comprenant le Comesa Business Council (Cbc), l'Association des chambres de commerce et d'industrie de la Sadc (Ascci), l’East Africa Business Council (Eabc), à l’hôtel Carlton du 12 au 14 juillet dernier.

Il est à rappeler que cette formation fait partie du projet dit « Local Sourcing for partnership », ou recherche de partenaires locaux, soutenu par la Banque africaine de développement (Bad), et qu’elle a comme objectif le renforcement des capacités pour les dirigeants de petites et micro-entreprises dans trois pays à savoir : Madagascar, Tanzanie et Afrique du Sud. Pour le volet pratique de la formation, les participants ont effectué une visite de Havamad, une entreprise de fabrication et d’exportation de jus de fruits bio, pendant laquelle ils ont constaté de visu l’application effective des mesures nécessaires pour obtenir la qualité.

Pour un avenir meilleur des petites entreprises

Dans ce sens, Noronjanahary Abéline Ramakarivao a reconnu l’avantage de cette formation pour les entreprises participantes, de favoriser et faciliter non seulement l'accès au marché international des produits locaux, mais également la recherche de partenaires qui pourront collaborer avec elles à cet effet. .Cette femme entrepreneure a découvert cette filière en 1995 où elle avait compris qu’il lui était possible d’approvisionner des restaurants et des grandes surfaces en épices et condiments. Et c’est ainsi qu’elle a monté son projet pour avoir une production en grande quantité. Aujourd’hui, comme matière première, Produits Tsara utilise par semaine 30 kg de piment rouge, et 40kg de « pilopilo », 25kg d’ail, et 20kg de gingembre. Des produits qui après préparation, sont vendus dans des bouteilles de 25cl bien cachetées. « Mes clients sont des grandes surfaces et des établissements de restauration qui jusqu’à maintenant, ont à l’unanimité reconnu les qualités de nos produits. Mais grâce à cette formation, nous pourrons davantage améliorer la qualité de nos produits, ainsi que la gestion de ma petite entreprise», a confié Noronjanahary Abéline Ramakarivao.
Rivo S.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff