Publié dans Economie

Petites et micro-entreprises - La société Produits Tsara, satisfaite de la formation Cbc

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

« Nous avons beaucoup appris par cette formation. Parmi les points qu’ils ont traités figurent les critères de qualité et de sécurité alimentaire. Dans ce sens, nous avons appris les normes de qualité requises, afin que les produits soient éligibles au niveau des marchés internationaux. Ces critères doivent essentiellement porter sur la propreté et d’hygiène concernant les conditions de fabrication de nos produits mais également sur leur mode d’écoulement qui nécessite l’adhésion à un réseau international pour faciliter la recherche de marchés et de partenaires à l’étranger », a expliqué Noronjanahary Abéline Ramakarivao, gérante et non moins fondatrice de la société Produits Tsara, fabricante de purées de piment, d’ail, de gingembre et de poivre vert, une des micro-entreprises bénéficiaires de l’atelier organisé conjointement par la plateforme tripartite des secteurs privés comprenant le Comesa Business Council (Cbc), l'Association des chambres de commerce et d'industrie de la Sadc (Ascci), l’East Africa Business Council (Eabc), à l’hôtel Carlton du 12 au 14 juillet dernier.

Il est à rappeler que cette formation fait partie du projet dit « Local Sourcing for partnership », ou recherche de partenaires locaux, soutenu par la Banque africaine de développement (Bad), et qu’elle a comme objectif le renforcement des capacités pour les dirigeants de petites et micro-entreprises dans trois pays à savoir : Madagascar, Tanzanie et Afrique du Sud. Pour le volet pratique de la formation, les participants ont effectué une visite de Havamad, une entreprise de fabrication et d’exportation de jus de fruits bio, pendant laquelle ils ont constaté de visu l’application effective des mesures nécessaires pour obtenir la qualité.

Pour un avenir meilleur des petites entreprises

Dans ce sens, Noronjanahary Abéline Ramakarivao a reconnu l’avantage de cette formation pour les entreprises participantes, de favoriser et faciliter non seulement l'accès au marché international des produits locaux, mais également la recherche de partenaires qui pourront collaborer avec elles à cet effet. .Cette femme entrepreneure a découvert cette filière en 1995 où elle avait compris qu’il lui était possible d’approvisionner des restaurants et des grandes surfaces en épices et condiments. Et c’est ainsi qu’elle a monté son projet pour avoir une production en grande quantité. Aujourd’hui, comme matière première, Produits Tsara utilise par semaine 30 kg de piment rouge, et 40kg de « pilopilo », 25kg d’ail, et 20kg de gingembre. Des produits qui après préparation, sont vendus dans des bouteilles de 25cl bien cachetées. « Mes clients sont des grandes surfaces et des établissements de restauration qui jusqu’à maintenant, ont à l’unanimité reconnu les qualités de nos produits. Mais grâce à cette formation, nous pourrons davantage améliorer la qualité de nos produits, ainsi que la gestion de ma petite entreprise», a confié Noronjanahary Abéline Ramakarivao.
Rivo S.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff