Publié dans Economie

Atout tourisme Madagascar - Pour former de vrais professionnels

Publié le mardi, 12 septembre 2017

« Atout tourisme Madagascar » fait partie des écoles de formation aux métiers du tourisme et de l’hôtellerie nées dans les années 90, période à laquelle des particuliers ont créé des universités privées afin de remédier au problème de sureffectif d’étudiants bacheliers qui n’ont pas pu intégrer les universités publiques. Cette école supérieure a obtenu son agrément du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, et l’habilitation de celui de l’Enseignement supérieur.


« Atout tourisme Madagascar » propose une menu comportant différents cursus aux nouveaux bacheliers, ainsi qu’à ceux qui comptent poursuivre leurs études jusqu’au master 1, bac+4, et master 2, bac+5. Pour les bacheliers, une formation de 20 mois dans les filières hôtellerie, restauration-bar, arts culinaires et tourisme leur est proposée, en vue de l’obtention du diplôme de technicien supérieur (Dts). A tout cela s’ajoutent 2 mois de stage en vue d’une application pratique des cours, au sein du restaurant et d’un tour opérateur, propriétés d’Atout tourisme Madagascar même. « Sur les 20 mois de scolarité, les étudiants doivent passer par la phase du troc commun, pendant les cinq premiers mois, afin qu’ils puissent se rendre compte que tous les attributions de ces secteurs sont liées entre elles », a expliqué Alain Rajaonah, fondateur et directeur d’Atout tourisme Madagascar, agrégé en écotourisme. Pour la formation visant la « licence professionnelle », bac+3, pour le module appelé « gestion des activités touristiques durables », la durée des études est de 12 mois, avec 2 mois d’incubation en entreprises et un éductour à l’île Ste-Marie, à l’occasion du festival des baleines. Et pour celle sanctionnée par les diplômes de master 1 et de master 2, avec la même durée que la précédente, les formations portent sur le management des activités touristiques durables et  le management des activités hôtelières durables, comprenant 5 mois d’incubation dans des entreprises. Concernant les sortants d’Atout tourisme Madagascar, Alain Rajaonah a fait savoir que la plus grande partie occupe aujourd’hui des postes de dirigeants au sein de grands établissements d’hôtellerie et de restauration sinon de principaux responsables des aires protégées. Concernant le nombre d’étudiants, il a fait savoir que l’effectif par classe est de 26 au maximum. Un effectif réduit par souci du bon déroulement des cours, 
a-t-il expliqué.
Rivo S.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes
  • Journée d'assainissement - Initiative louable mais…
  • Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »
  • Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation
  • Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms
  • Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Editorial

  • A quand ?
     Les choses commencent à bouger ailleurs. Les séismes du changement ébranlent les anciennes habitudes de certains pays.  En Arabie Saoudite, premier producteur mondial du brut (pétrole), un pays longtemps réputé d’être hermétiquement fermé à toute influence étrangère, notamment de l’Occident, commence à ouvrir, bien que timidement, les portes et enclenche des changements notables.  Entre autres, les femmes saoudiennes, depuis toujours ignorées, retrouvent, peu à peu considérés, leurs droits les plus élémentaires. Désormais, elles peuvent entrer au stade et voir des matches ; elles peuvent conduire, etc… En outre, le roi Salmane affiche sa détermination de moraliser la vie publique, surtout, dans les rangs de la famille royale. Personne « n’est plus » au-dessus de la loi.

A bout portant

AutoDiff