Publié dans Economie

Atout tourisme Madagascar - Pour former de vrais professionnels

Publié le mardi, 12 septembre 2017

« Atout tourisme Madagascar » fait partie des écoles de formation aux métiers du tourisme et de l’hôtellerie nées dans les années 90, période à laquelle des particuliers ont créé des universités privées afin de remédier au problème de sureffectif d’étudiants bacheliers qui n’ont pas pu intégrer les universités publiques. Cette école supérieure a obtenu son agrément du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, et l’habilitation de celui de l’Enseignement supérieur.


« Atout tourisme Madagascar » propose une menu comportant différents cursus aux nouveaux bacheliers, ainsi qu’à ceux qui comptent poursuivre leurs études jusqu’au master 1, bac+4, et master 2, bac+5. Pour les bacheliers, une formation de 20 mois dans les filières hôtellerie, restauration-bar, arts culinaires et tourisme leur est proposée, en vue de l’obtention du diplôme de technicien supérieur (Dts). A tout cela s’ajoutent 2 mois de stage en vue d’une application pratique des cours, au sein du restaurant et d’un tour opérateur, propriétés d’Atout tourisme Madagascar même. « Sur les 20 mois de scolarité, les étudiants doivent passer par la phase du troc commun, pendant les cinq premiers mois, afin qu’ils puissent se rendre compte que tous les attributions de ces secteurs sont liées entre elles », a expliqué Alain Rajaonah, fondateur et directeur d’Atout tourisme Madagascar, agrégé en écotourisme. Pour la formation visant la « licence professionnelle », bac+3, pour le module appelé « gestion des activités touristiques durables », la durée des études est de 12 mois, avec 2 mois d’incubation en entreprises et un éductour à l’île Ste-Marie, à l’occasion du festival des baleines. Et pour celle sanctionnée par les diplômes de master 1 et de master 2, avec la même durée que la précédente, les formations portent sur le management des activités touristiques durables et  le management des activités hôtelières durables, comprenant 5 mois d’incubation dans des entreprises. Concernant les sortants d’Atout tourisme Madagascar, Alain Rajaonah a fait savoir que la plus grande partie occupe aujourd’hui des postes de dirigeants au sein de grands établissements d’hôtellerie et de restauration sinon de principaux responsables des aires protégées. Concernant le nombre d’étudiants, il a fait savoir que l’effectif par classe est de 26 au maximum. Un effectif réduit par souci du bon déroulement des cours, 
a-t-il expliqué.
Rivo S.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff