Publié dans Economie

Somacou - Le grand du textile à Madagascar

Publié le mardi, 07 novembre 2017

La Société malgache de couverture ou Somacou est une entreprise connue sur son implication dans le domaine du textile à Madagascar. Ses produits ne se limitent pas seulement sur les couvertures, mais  touchent aussi l’habillement et les tissus d’ameublement. Depuis sa création, l’entreprise a su séduire les consommateurs en s’impliquant davantage dans la fabrication de produits orientés vers les toilettes personnelles. La marque est partout présente, que ce soit sur les lingettes et sur les draps de bain que sur les serviettes et les draps de douche. Ses linges de maison regroupant les chiffons et les serpillières sont incontournables surtout si le but est de nettoyer les meubles et les différents parquets de la maison. Ayant conscience de l’importance du mobilier dans le quotidien professionnel que personnel, elle a su investir dans la fabrication d’articles pour le mobilier. L’entreprise propose donc un éventail de produits allant des linges du lit, entre autres des draps et des couettes, jusqu’aux rideaux qui décorent le mur et les tapis qui embellissent l’intérieur d’une maison.

La confection des ornements destinés aux divans, chaises et canapés de salon ne sont pas en reste puisque cela fait indubitablement partie de la personnalisation d’une maison.Outre cet investissement dans le design intérieur, cette entreprise du textile s’est aussi lancée dans la création de tissus d’habillement pour les grandes occasions et les événements. Puisque la classe, la distinction, l’élégance et la grâce sont les mots d’ordre lors des cérémonies officielles, Somacou se charge aussi des confections de costume, de smoking, de robe  ou de chemise, collectivement que personnellement. De même qu’avoir du bon goût pour les vêtements ne veut pas dire seulement être tiré à quatre épingles, la société possède aussi dans son tiroir un panel d’habillement léger et décontracté à porter dans la vie de tous les jours que ce soit chez soi ou dans les bureaux ou à l’école. Et même le soir avant de dormir, les robes de chambre, pyjamas, nuisettes et peignoirs sont aussi à disposition. Vêtements et accessoires vont de pair. C’est dans cet élan que ce spécialiste du textile fournit différentes gammes de chapeaux, casquettes, bérets et chaussettes. En somme, Somacou s’occupe des prêts-à-porter de la tête au pied. Ces séries de service sont donc accessibles sur commande et pour toutes catégories de personnes confondues, que ce soit homme ou femme, enfants ou adultes et ces commandes peuvent à la fois se faire en gros ou en détail selon l’exigence des consommateurs.

Recueillis par Andrea R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Arriérés du sommet de la francophonie 2016 - Des prestataires ruinés par la présidence
  • Affaire Ametis - Le syndicat des agents des impôts monte au créneau
  • Ministère des Finances et du Budget - La gabegie d’un directeur général stoppée net !
  • Droits humains à Madagascar - Le harcèlement des activistes préoccupe Amnesty international
  • Face à l’Iem de Rajoelina - Les pompiers de service du Hvm à la rescousse
  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs

La Une

Editorial

  • Alternative crédible
    Andry Nirina Rajoelina, l'ancien président de la Transition, après quatre années d'absence et de silence, revient sur le devant de la scène. « Zandry kely » débarque au « tanindrazana » avec un « voan-dàlana » dans la valise : l'Iem. Après avoir été présentée, pour la première fois, le vendredi 26 janvier 2018 à Paris au Petit Palais, Musée des beaux-arts, l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (Iem) fut à l'honneur à Antananarivo (Ivandry) par le soin de son « père fondateur », en la personne de monsieur Andry Nirina Rajoelina.

A bout portant

AutoDiff