Publié dans Economie

Licthis - 5 tonnes dédiées à l'Europe

Publié le jeudi, 09 novembre 2017

Le licthi compte parmi les cultures d'exportation de la Grande-île. Madagascar exporte ce fruit surtout vers l'Europe, plus précisément la France, la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne ou encore les Pays-Bas ainsi que vers les pays du Golfe, comme Dubaï et l'Arabie Saoudite. De ce fait, ce produit contribue activement à l'évolution du secteur de la culture d'exportation. Le litchi est surtout planté dans la partie Est du pays. Une production qui alimente particulièrement le marché interne dans les Hautes-terres sans compter le marché externe. Actuellement, les producteurs  de la Région d'Atsinanana procèdent déjà à la cueillette des premiers litchis. 5 tonnes de cette première production, en provenance du district de Toamasina II, s'envoleront pour l'Europe d'ici dimanche.
Une bonne première récolte
Que ce soit au niveau de la qualité que de la quantité, les producteurs sont satisfaits de leur production de cette année. Effectivement, ils ont pris soin de respecter toutes les conditions requises afin d'avoir les meilleurs produits. Pour ce faire, ils ont mis en place un « système horaire » qui a permis de régulariser l'arrosage et l'emploi d'engrais biologiques, ce qui a favorisé le bon développement des fruits. Les producteurs de litchis affirment actuellement : « Notre production respecte maintenant les normes imposées par le marché international. Le diamètre de chaque litchi environne les 30 millimètres et le taux de sucre dans chaque fruit est également au point ».  Pour le district de Toamasina II, plus de 30 ménages bénéficieront des revenus issus de la production de litchis.
Beaucoup de suivis
Cette bonne qualité de la production résulte de la stratégie d'amélioration de l'agriculture mise en place dans la Région d'Antsinanana. Les agriculteurs ont alors reçu des appuis techniques mais également des matériels de la part du secteur privé afin de professionnaliser leur métier et d'obtenir de meilleurs rendements. Toutefois, avant le départ de la première vague d'exportation pour dimanche, des contrôles et des suivis ont été effectués auprès de chaque producteur. Une de ces actions et suivis ont été réalisés, mardi dernier, en présence de tous les acteurs concernés dans la Commune d'Antetezambaro. Il reste à constater si les nouvelles techniques ont vraiment amélioré la production, comme l'ont affirmé les producteurs.
Propos recueillis par Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République - Démission de Hery Rajaonarimampianina dans dix mois
  • Souffrances de la population malagasy - Le Parlement européen fait mieux que le nôtre
  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres

La Une

Editorial

  • Nuisible réseau
    Contre-productif. Le réseau de la filière « riz » va à l’encontre de la saine production de cet aliment de base des 24 millions de Malagasy dans le pays. Au lieu de jouer le rôle de levier à la croissance, il fait obstacle. La population souffre, de manière chronique, de l’insuffisance de ce produit vital pour la consommation quotidienne. Le « kapoaka » ou le kilo s’achète à prix d’or sur le marché.

A bout portant

AutoDiff