Publié dans Economie

Licthis - 5 tonnes dédiées à l'Europe

Publié le jeudi, 09 novembre 2017

Le licthi compte parmi les cultures d'exportation de la Grande-île. Madagascar exporte ce fruit surtout vers l'Europe, plus précisément la France, la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne ou encore les Pays-Bas ainsi que vers les pays du Golfe, comme Dubaï et l'Arabie Saoudite. De ce fait, ce produit contribue activement à l'évolution du secteur de la culture d'exportation. Le litchi est surtout planté dans la partie Est du pays. Une production qui alimente particulièrement le marché interne dans les Hautes-terres sans compter le marché externe. Actuellement, les producteurs  de la Région d'Atsinanana procèdent déjà à la cueillette des premiers litchis. 5 tonnes de cette première production, en provenance du district de Toamasina II, s'envoleront pour l'Europe d'ici dimanche.
Une bonne première récolte
Que ce soit au niveau de la qualité que de la quantité, les producteurs sont satisfaits de leur production de cette année. Effectivement, ils ont pris soin de respecter toutes les conditions requises afin d'avoir les meilleurs produits. Pour ce faire, ils ont mis en place un « système horaire » qui a permis de régulariser l'arrosage et l'emploi d'engrais biologiques, ce qui a favorisé le bon développement des fruits. Les producteurs de litchis affirment actuellement : « Notre production respecte maintenant les normes imposées par le marché international. Le diamètre de chaque litchi environne les 30 millimètres et le taux de sucre dans chaque fruit est également au point ».  Pour le district de Toamasina II, plus de 30 ménages bénéficieront des revenus issus de la production de litchis.
Beaucoup de suivis
Cette bonne qualité de la production résulte de la stratégie d'amélioration de l'agriculture mise en place dans la Région d'Antsinanana. Les agriculteurs ont alors reçu des appuis techniques mais également des matériels de la part du secteur privé afin de professionnaliser leur métier et d'obtenir de meilleurs rendements. Toutefois, avant le départ de la première vague d'exportation pour dimanche, des contrôles et des suivis ont été effectués auprès de chaque producteur. Une de ces actions et suivis ont été réalisés, mardi dernier, en présence de tous les acteurs concernés dans la Commune d'Antetezambaro. Il reste à constater si les nouvelles techniques ont vraiment amélioré la production, comme l'ont affirmé les producteurs.
Propos recueillis par Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina

Editorial

  • L'amer à boire !!
    Non, ce n'est pas l'amer à boire ! La formation du nouveau Gouvernement dirigé par le Premier ministre de consensus Ntsay Christian nous colle toujours à la peau. Les commentaires positifs ou négatifs vont bon train. Les esprits s'échauffent.  Des déçus et des satisfaits ! Du nectar pour certains ! De l'amer à boire, pour d'autres ! Madagascar, telle une pauvre parturiente, gravement malade, qui consulta le sorcier du village, le seul guérisseur du coin, n'avait pas tellement le choix. Le « toubib », la HCC, lui recommanda une potion à avaler d'un seul coup. Un problème ! La potion magique est difficile à avaler. Mais, il fallait le faire. L'enfant risquait sa vie.

A bout portant

AutoDiff