Publié dans Economie

Exploitation des énergies renouvelables - Les Français optent pour les partenariats locaux

Publié le lundi, 13 novembre 2017

« Nous n’allons pas créer des industries d’exploitation et de production d’électricité à Madagascar. Nous opterons plutôt pour le développement local, en privilégiant les partenaires locaux ». Cyril Carabot, secrétaire général du Syndicat français des énergies renouvelables, l’a précisé lors de l’ouverture du séminaire sur ce thème, jeudi dernier à Ankorondrano.

Des dizaines de chefs d’entreprise, d’investisseurs et de spécialistes dans le domaine des énergies renouvelables ont partagé leurs acquis et expériences aux techniciens et représentants ministériels malagasy pendant les 2 jours de rencontre. « Le co-développement et la création de richesses locales seront nos priorités. C’est pour cela que les entreprises françaises se sont mobilisées en masse pour chercher des partenaires locaux. Nous sommes disposés à nous investir et à apporter notre expertise pour améliorer ce secteur », ajoute notre source. En fait, les énergies renouvelables sont encore peu exploitées dans la Grande île, alors que nous disposons de diverses opportunités, notamment dans les secteurs du solaire, de l’énergie éolienne et de la biomasse. Au niveau mondial, les prix du solaire et de l’éolienne s’avèrent largement compétitifs par rapport au fuel importé. Leur exploitation va non seulement accroître la compétitivité mais surtout diminuer la subvention.
Le ministre malagasy de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures reste positif quant à l’obtention de contrats de financement sur l’approvisionnement en électricité, à partir des énergies renouvelables, à l’issue des 2 jours de séminaire.
« L’exploitation suivra les normes internationales afin que chaque famille puisseavoir accès à l’électricité, à un prix compétitif. Divers pays africains utilisent actuellement le système « pay and go », lequel consiste à fournir de l’électricité à partir de l’énergie solaire selon les moyens des ménages. Ces derniers pourront limiter leur consommation selon leurs budgets », avance le ministre de tutelle.
Par ailleurs, la Jirama à travers son directeur général se dit ouvert à toute collaboration, voire à toute concurrence, afin d’améliorer l’approvisionnement en électricité à Madagascar. D’après ce premier responsable, Olivier Jaomiary, 116 localités sont en ce moment couvertes par la Jirama, d’où l’importance de la concurrence. D’ailleurs, les opportunités d’affaires pour la mise en place de centrales de production sont nombreuses. Toutefois, l’exploitation et la distribution d’électricité requièrent au préalable une autorisation, selon les lois en vigueur. Dans tous les cas, ce séminaire constitue une occasion d’encourager ces investisseurs français à financer les projets d’approvisionnement en électricité. Chacun de ces projets, incluant des installations durables, va durer 20 à 25 ans, ce qui entraîne une création conséquente d’emplois locaux.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes
  • Journée d'assainissement - Initiative louable mais…
  • Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »
  • Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation
  • Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms
  • Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Editorial

  • A quand ?
     Les choses commencent à bouger ailleurs. Les séismes du changement ébranlent les anciennes habitudes de certains pays.  En Arabie Saoudite, premier producteur mondial du brut (pétrole), un pays longtemps réputé d’être hermétiquement fermé à toute influence étrangère, notamment de l’Occident, commence à ouvrir, bien que timidement, les portes et enclenche des changements notables.  Entre autres, les femmes saoudiennes, depuis toujours ignorées, retrouvent, peu à peu considérés, leurs droits les plus élémentaires. Désormais, elles peuvent entrer au stade et voir des matches ; elles peuvent conduire, etc… En outre, le roi Salmane affiche sa détermination de moraliser la vie publique, surtout, dans les rangs de la famille royale. Personne « n’est plus » au-dessus de la loi.

A bout portant

AutoDiff