Publié dans Economie

Eau potable - Un accès limité pour la population

Publié le lundi, 04 décembre 2017

En pleine saison de pluies. L’eau abonde actuellement dans la Grande île. Toutefois, cette eau n’est pas forcément potable. Au contraire, elle est malpropre et elle nuit à la santé de ses consommateurs. Aujourd’hui, la Jirama est encore le seul fournisseur d’eau à travers tout le pays mais ses infrastructures datent de plusieurs décennies.

De ce fait, certains tuyaux s’usent et finissent par nuire à la potabilité de l’eau. Les consommateurs se plaignent alors de plus en plus que la qualité se dégrade et qu’ils ne peuvent plus la boire directement. « Il a beaucoup plu, et nous ne savons pas s’il y a eu un tuyau coupé mais l’eau était à la limite boueuse », confie une mère de famille, inquiète pour la santé de sa famille. Elle a également ajouté que « maintenant, nous sommes obligés de faire bouillir l’eau avant de la boire pour éviter les maladies ». Les clients s’attendent donc à une amélioration de service pour éviter que ce genre de situation ne se pérennise.
Un investissement de 700 milliards d’ariary
Seulement 24% de la population malagasy ont accès à l’eau potable, aujourd’hui. Pour y remédier donc, la Jirama veut faire un investissement de 700 milliards d’ariary pour améliorer les infrastructures déjà existantes mais aussi pour réaliser des travaux d’extension. D’après le directeur général de la Jirama, Olivier Jaomiary, cet investissement se subdivisera sur plusieurs points à savoir les travaux de réhabilitation où 200 milliards d’ariary seront déversés respectivement à la Capitale mais aussi aux autres Communes et les 300 millions d’ariary restant seront dédiés aux nouveaux projets d’extension. Le contrat de concession entre l’Etat et la Jirama a donc été renouvelé, vendredi dernier. En espérant que cet investissement portera effectivement ses fruits et que le nombre de personnes ayant accès à l’eau courante augmentera.  
Propos recueillis par Rova R.

1 Commentaire

  • Posté par veret Guy
    vendredi, 16 mars 2018

    L'association AMIF depuis 10 ans travaille principalement dans la domaine de l'eau et a rehabilité le réseau d'eau potable à Anjozorobe et dans les fokotany voisins

    http://amif-mad.com

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente

Editorial

  • Banale stratégie… !
    A la Une du journal que vous tenez à la main, il y a une semaine de cela, il a été fait mention « Scission au sein du HVM- Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle !» (La Vérité du 11 juillet 2018). En vérité, La Vérité de par sa pertinence et sa perspicacité à étaler au grand jour sinon tout haut ce que d’autres susurrent tout bas, n’hésite point à scruter et à dénoncer des « non-dits ». Car « toute Vérité est…bonne à dire ». Dans la réalité des faits, la scission au sein du HVM n’est plus un secret pour tous. Ce « grand » parti aux pieds d’argile vit mal sa croissance et sa…puissance. En effet, une grave crise de croissance bouillonne et mine l’intérieur du parti. Une crise de leadership que le noyau dirigeant de ce parti fondé, à la hâte, par le candidat de substitution  Hery Rajaonarimampianina, ne parvient pas à…

A bout portant

AutoDiff