Publié dans Economie

Eau potable - Un accès limité pour la population

Publié le lundi, 04 décembre 2017

En pleine saison de pluies. L’eau abonde actuellement dans la Grande île. Toutefois, cette eau n’est pas forcément potable. Au contraire, elle est malpropre et elle nuit à la santé de ses consommateurs. Aujourd’hui, la Jirama est encore le seul fournisseur d’eau à travers tout le pays mais ses infrastructures datent de plusieurs décennies.

De ce fait, certains tuyaux s’usent et finissent par nuire à la potabilité de l’eau. Les consommateurs se plaignent alors de plus en plus que la qualité se dégrade et qu’ils ne peuvent plus la boire directement. « Il a beaucoup plu, et nous ne savons pas s’il y a eu un tuyau coupé mais l’eau était à la limite boueuse », confie une mère de famille, inquiète pour la santé de sa famille. Elle a également ajouté que « maintenant, nous sommes obligés de faire bouillir l’eau avant de la boire pour éviter les maladies ». Les clients s’attendent donc à une amélioration de service pour éviter que ce genre de situation ne se pérennise.
Un investissement de 700 milliards d’ariary
Seulement 24% de la population malagasy ont accès à l’eau potable, aujourd’hui. Pour y remédier donc, la Jirama veut faire un investissement de 700 milliards d’ariary pour améliorer les infrastructures déjà existantes mais aussi pour réaliser des travaux d’extension. D’après le directeur général de la Jirama, Olivier Jaomiary, cet investissement se subdivisera sur plusieurs points à savoir les travaux de réhabilitation où 200 milliards d’ariary seront déversés respectivement à la Capitale mais aussi aux autres Communes et les 300 millions d’ariary restant seront dédiés aux nouveaux projets d’extension. Le contrat de concession entre l’Etat et la Jirama a donc été renouvelé, vendredi dernier. En espérant que cet investissement portera effectivement ses fruits et que le nombre de personnes ayant accès à l’eau courante augmentera.  
Propos recueillis par Rova R.

1 Commentaire

  • Posté par veret Guy
    vendredi, 16 mars 2018

    L'association AMIF depuis 10 ans travaille principalement dans la domaine de l'eau et a rehabilité le réseau d'eau potable à Anjozorobe et dans les fokotany voisins

    http://amif-mad.com

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Programme d’Andry Rajoelina - Accent sur les énergies renouvelables
  • Conférence souveraine - Les candidats « anti-7 novembre » se couvrent de ridicule
  • Report de la présidentielle et nouvelle transition - Tollé général contre la manœuvre de certains candidats
  • Andry Rajoelina en campagne - Marée humaine dans les capitales Betsileo et Betsimisaraka
  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !

La Une

Editorial

  • Farce exutoire !
    Suite à la réunion initiée par la CENI à laquelle les 36 candidats à l'élection présidentielle ont été conviés, 25 des 36 « participants » à la course ont accouché un « Accord politique ». En effet, à l'issue de cette rencontre, très houleuse, ce vendredi 19 octobre, à Nanisana, des prétendants dont les dossiers de candidature, après s'être acquittés des 50 millions d'Ar, ont été formellement validés par la HCC manifestèrent leur rejet contre l'organisation générale de  l'élection prévue pour le 7 novembre 2018.

A bout portant

AutoDiff