Publié dans Economie

Tourisme - Le secteur évolue avec fragilité

Publié le lundi, 04 décembre 2017

A fleur de peau. Le secteur touristique compte parmi les secteurs les plus sensibles du monde économique. Un rien peut le faire basculer, et ce dans tous les domaines que ce soient sociaux, politiques ou encore économiques. Pour Madagascar, ce secteur est toujours sanctionné au moindre évènement étant donné que les touristes sont extrêmement prudents. La dernière en date qui l’a touché est le problème sanitaire concernant la peste. Effectivement, la majorité des  touristes ayant choisi Madagascar comme destination ont rebroussé chemin et d’autres ont trouvé des moyens pour ne pas passer par les villes touchées comme la Capitale. 

 

« En un mois, nous avons enchainé des reports et annulations en raison de l’épidémie de peste parce que nos clients redoutent d’attraper cette fameuse maladie. Donc, soit ils nous demandent de leur trouver de nouvelles dates, soit ils sollicitent à ne pas passer par Antananarivo mais directement pour Nosy Be ou pour Sainte-Marie selon leurs envies. Ces changements ont engendré des dépenses mais également beaucoup de stress », affirme la responsable d’une agence de voyages située dans la Capitale. Mais aujourd’hui, les touristes reviennent petit à petit. Des restrictions ont même été levées comme aux Seychelles où les vols reliant ce pays  à la Grande île ont déjà été retablis. 

Mis à part sa fragilité, le secteur touristique peine aussi à se développer à cause du manque d’investissements. Le tourisme pourrait, en effet, être une vraie source de devises et de revenus pour les acteurs et les professionnels du secteur. En plus, il touche plusieurs acteurs économiques comme les établissements hôtelliers, les restaurants, les agences de voyages, les compagnies aériennes, les guides touristiques mais également les sites touristiques et les artisans. Ainsi, un certain investissement serait nécessaire pour que le secteur puisse se développer activement. Toutefois, le bugdet alloué au secteur touristique reste encore aujourd’hui à 35 000 euros contre 150 000 euros pour l’île Maurice, une somme issue des vignettes touristiques. Par conséquent, le secteur touristique  malgache a vraiment besoin d’un coup de pouce pour pouvoir s’épanouir.

 

Propos recueillis par  Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff