Publié dans Economie

Produits pétroliers - Le calme avant la tempête ?

Publié le jeudi, 04 janvier 2018

Des prévisions qui tardent à se concrétiser. Etonnement, pour ce début d’année, les produits pétroliers n’ont connu aucune hausse. De ce fait, la majorité des consommateurs se posent des questions si c’est le calme avant la tempête ou bien si ce sont déjà les autorités qui prennent les choses en main afin de stabiliser les prix des produits pétroliers.

Toutefois, cette absence du hausse des prix ne vient pas du tout de l’extérieur vu qu’actuellement, ces produits connaissent une hausse autant dans la région de l’océan Indien que ce soit à l’île Maurice ou encore celle de La Réunion, ainsi que dans le continent africain et même en Amérique, comme le cite le magazine  Le Figaro dans son numéro du mercredi dernier : « Le pétrole new-yorkais a clôturé mercredi à son plus haut niveau depuis décembre 2014 ». Il faut préciser que cette hausse repose particulièrement sur la situation en Iran,  un pays qui est l’un des principaux producteurs d’or noir.
Cette constance des prix étonne particulièrement, étant donné les évènements qui se sont déroulés dernièrement.  Au mois de décembre dernier, les opérateurs du secteur ont eu une mésentente avec le ministère des Finances et du Budget et celui de l’Energie et des Hydrocarbures, et cela, concernant la hausse des taxes imposées aux exploitants des produits pétroliers dans la Grande île, ainsi que sur la mise en place d’un barème de calcul et d’une nouvelle structure qui détermineront les prix à afficher. Effectivement, le mois dernier, Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du Budget, a affirmé : « Après une étude qu’elle a effectuée, la Banque mondiale a constaté des irrégularités au niveau de ce secteur, d’où la nécessité d’une toute nouvelle structure qui permettra d’observer scrupuleusement le circuit emprunté par ces produits dérivés du pétrole, allant de la production à la distribution pour l’intérêt de tous ».
« Quant à la hausse des taxes sur ces produits, nous avons déjà entamé des discussions avec les opérateurs afin de trouver une solution à la question », a-t-elle ajouté. A croire que ces discussions ont porté leurs fruits, mais jusqu’à quand ?
Recueillis par Rova R.

1 Commentaire

  • Posté par YagamY
    vendredi, 05 janvier 2018

    (y)

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff