Publié dans Economie

Exploitation aurifère - Fermeture d’une société chinoise

Publié le lundi, 08 janvier 2018

Une grande nuisance. Le 30 décembre dernier, la Police des mines a procédé à la fermeture du site d’exploitation de la société chinoise Mac Lai Sime Gianna (M.L.S.G) située à Vohilava, dans le District de Mananjary. Cette exploitation a été dénoncée depuis 2016 par les associations communautaires comme le Craad-Oi ou le Centre de Recherche et d’Appui pour les Alternatives de Développement – Océan Indien ainsi que les membres de l’Observatoire Indépendant des Droits Economiques, Sociaux et Culturels à Madagascar (Oidescm).

Des opérations non règlementaires ont été évoquées quant à la raison de cette fermeture. Et ces opérations ont eu des effets plus que catastrophiques sur l’environnement, la santé ainsi que sur les moyens d’existence de la population locale. Les défenseurs de l’environnement se sont alors investis afin de faire cesser l’activité de cette entreprise. Ils ont même reçu des appuis extérieurs venant du Comité catholique contre la faim et pour le développement (Ccfd-Terre Solidaire) et Amnesty France.
Il faut noter que cette mesure a été prise suite à des manifestations populaires de protestation qui se sont enchainées depuis plusieurs semaines. Malgré les représailles à l’encontre des défenseurs des droits des communautés riveraines et de l’environnement avec l’arrestation de Raleva, ils n’ont pas cessé leur lutte et ont fini par obtenir gain de cause. Satisfait de cette décision, le Craad-Oi a affirmé dans son communiqué : « Nous sommes résolus à apporter notre contribution afin que cette victoire contre l’exploitation destructrice de nos ressources naturelles, l’injustice et la corruption ouvre la voie vers la restauration d’un Etat de droit qui puisse assurer une meilleure régulation des entreprises du secteur extractif, en commençant par prendre les mesures de sanction qui s’imposent à l’égard de la société Mac Lai Sime Gianna ».
Actuellement, on peut encore dire que le secteur minier malagasy est loin de suivre les réglementations. Pourtant, une exploitation aurifère de ce genre serait plus bénéfique pour l’économie malagasy à condition de suivre les normes environnementales. D’un autre côté, la majorité des produits miniers sont exportés à l’état brut, ce qui diminue la valeur ajoutée. Il faut donc adopter une meilleure manœuvre d’exploitation comme l’a affirmé le directeur général de l’Institut de gemmologie de Madagascar : « il ne faut pas simplement exploiter les produits miniers, il faut également les transformer », lors du concours de taillage de pierres.
Recueillis par Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

La Une

Editorial

  • Sale jeu !
    A quel jeu se livre-t-on exactement ? Sur terrain, une équipe hétéroclite dirigée par un « technocrate et n'appartenant à aucune formation politique » du nom de Ntsay Christian joue un match capital. En réalité, il s'agit d'un match où « tout le monde », coach, capitaine, joueurs, supporters et même les spectateurs sur le gradin, n'a pas le droit ni l'intérêt de perdre. A tout prix, l'équipe doit gagner !

A bout portant

AutoDiff