Publié dans Economie

Consommation - Le prix des légumes monte en flèche !

Publié le vendredi, 12 janvier 2018

Il fallait s’y attendre. Le passage du cyclone Ava a engendré la destruction de nombreuses infrastructures, particulièrement plusieurs réseaux routiers de la Grande île. De ce fait, la ville d’Antananarivo se retrouve un tant soit peu enclavée étant donné que toutes les routes, comme la Rn7 ou encore la Rn2 reliant les différentes régions ont subi des dégâts colossaux. Cet enclavement a ainsi généré la montée en flèche du prix de certains produits comme les légumes.

Effectivement, bon nombre de consommateurs se plaignent de la cherté des légumes qui se trouvent sur le marché actuellement. « Je fais habituellement mes courses tous les deux jours. Et ces derniers temps, les légumes sont non seulement chers mais également de mauvaise qualité. Le prix d’un kilo de carottes revient actuellement entre 1 000 et 1 700 ariary alors que le calibrage n’y est pas du tout », confie Gabrielle Ratovoson, une femme au foyer. Effectivement, avec les averses qui se sont abattues durant le passage du cyclone, les potagers et les champs ainsi que les différentes cultures ont été dévastés.
Toutefois, les carottes ne sont pas les seuls produits touchés par cette hausse des prix, mais également les pommes de terres qui s’achètent actuellement dans le marché d’Isotry à plus de 1 600 ariary le kilo alors que durant la période de fêtes, ils n’ont coûté que 1 000 ariary et à la limite 1 500 ariary. Et pour les haricots verts, le kilo tourne autour de 1 400 ariary de même que les oignons. Sur le marché, ce sont les tomates qui coûtent le plus cher avec un prix dépassant les 2 000 ariary pour un kilo. Les concombres et les cristophines sont les moins chers aujourd’hui.
Les clients ne sont pas les seuls à se plaindre. Les vendeurs rencontrent également de nombreuses difficultés. Certains commerçants déplorent le fait qu’ils doivent jongler entre le prix d’achat et le prix de vente pour éviter de faire fuir les clients. « Nous avons du mal à acheter nos produits auprès de fournisseurs, tellement c’est cher. Et quand nous les revendons à nos clients, ils marchandent encore. De ce fait, nos bénéfices deviennent de plus en plus maigres », témoigne Rasoa, une vendeuse de pommes de terre et d’oignons. Du côté de la viande, les prix ont enregistré une légère baisse sauf pour la viande de bœuf qui commence à se faire rare.
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina

Editorial

  • L'amer à boire !!
    Non, ce n'est pas l'amer à boire ! La formation du nouveau Gouvernement dirigé par le Premier ministre de consensus Ntsay Christian nous colle toujours à la peau. Les commentaires positifs ou négatifs vont bon train. Les esprits s'échauffent.  Des déçus et des satisfaits ! Du nectar pour certains ! De l'amer à boire, pour d'autres ! Madagascar, telle une pauvre parturiente, gravement malade, qui consulta le sorcier du village, le seul guérisseur du coin, n'avait pas tellement le choix. Le « toubib », la HCC, lui recommanda une potion à avaler d'un seul coup. Un problème ! La potion magique est difficile à avaler. Mais, il fallait le faire. L'enfant risquait sa vie.

A bout portant

AutoDiff