Publié dans Economie

Réseau « Mihari » - Des organisations rejoignent le mouvement des pêcheurs

Publié le vendredi, 09 mars 2018

Vers un développement du secteur. Les petits pêcheurs se classifient parmi les personnes les plus vulnérables au monde. C’est pour cette raison que les communautés gérant localement les aires marines ont créé le réseau « Mihari » ou « Mitantana harena an-dranomasina avy eny ifotony ». Depuis 2012, ce réseau a donc pris forme afin de veiller au développement du secteur de la pêche grâce à la mobilisation de tous les pêcheurs malagasy et d’assurer une meilleure gestion des ressources halieutiques pour préserver les populations locales qui en dépendent.

A cet effet, les 173 communautés composant le réseau ont adressé trois motions au Gouvernement de Madagascar, aux bailleurs de fonds ainsi qu’à la société civile et aux Ong lors de leur dernière assemblée générale à Taolagnaro au mois de juillet 2017  sur la reconnaissance des lois traditionnelles ou « Dina » par les tribunaux, la lutte contre les machines de pêche mais aussi la création des zones de pêche communautaires exclusives.
Mais pour obtenir l’application de ces trois motions, le réseau « Mihari » se doit d’obtenir le plus grand nombre de soutien possible. A l’occasion de sa réunion de coordination annuelle qui s’est déroulée les 6 et 7 mars derniers au Pavé Antaninarenina, le réseau a alors su convaincre plus d’une vingtaine d’organisations à rejoindre sa cause et l’appuyer dans ses activités. La cause principale étant de s’allier pour défendre le sort des communautés côtières qui sont de plus en plus vulnérables à cause de la venue des grands bateaux de pêche qui monopolisent presque toutes les zones de pêche des côtes de la Grande île. Effectivement, pour assurer leur place dans le secteur, les petits pêcheurs demandent donc à ce qu’on leur octroie un statut légal dans la gestion des aires marines, un droit de pêche exclusif sur les côtes du pays mais également à ce qu’on veille à ce que les bateaux de pêche étrangers mais également locaux  respectent les zones de pêche des communautés et les normes qui en découlent. L’enjeu est encore de taille.  
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Loi des finances - De nouveau amendée par les députés
  • Loi des finances - De nouveau amendée par les députés
  • Bois de rose stocké à Iavoloha - Rolly Mercia pris en flagrant délit de mensonge
  • Saisie de bois de rose chez TIKO Sambaina - Opération menée par Rolly Mercia
  • 69 ans aujourd’hui - Marc Ravalomanana plombé par son âge
  • Ministère de la Justice - Tout manquement professionnel n’est toléré
  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana

Editorial

  • Suicide collectif !
    En Occident (France, Suisse et Canada), un phénomène rare brisait l'émotion des gens. En effet, une secte communément appelée l'Ordre du temple solaire (OTS) fondé par Luc Jouret et consorts en 1984 parvenait à convaincre ses adeptes, apparemment fanatisés, à se suicider ensemble entre les années 94 et 97 faisant 74 victimes. Pour des raisons diverses, l'insolite phénomène « s'institutionnalise » au Japon.

A bout portant

AutoDiff