Publié dans Economie

Réseau « Mihari » - Des organisations rejoignent le mouvement des pêcheurs

Publié le vendredi, 09 mars 2018

Vers un développement du secteur. Les petits pêcheurs se classifient parmi les personnes les plus vulnérables au monde. C’est pour cette raison que les communautés gérant localement les aires marines ont créé le réseau « Mihari » ou « Mitantana harena an-dranomasina avy eny ifotony ». Depuis 2012, ce réseau a donc pris forme afin de veiller au développement du secteur de la pêche grâce à la mobilisation de tous les pêcheurs malagasy et d’assurer une meilleure gestion des ressources halieutiques pour préserver les populations locales qui en dépendent.

A cet effet, les 173 communautés composant le réseau ont adressé trois motions au Gouvernement de Madagascar, aux bailleurs de fonds ainsi qu’à la société civile et aux Ong lors de leur dernière assemblée générale à Taolagnaro au mois de juillet 2017  sur la reconnaissance des lois traditionnelles ou « Dina » par les tribunaux, la lutte contre les machines de pêche mais aussi la création des zones de pêche communautaires exclusives.
Mais pour obtenir l’application de ces trois motions, le réseau « Mihari » se doit d’obtenir le plus grand nombre de soutien possible. A l’occasion de sa réunion de coordination annuelle qui s’est déroulée les 6 et 7 mars derniers au Pavé Antaninarenina, le réseau a alors su convaincre plus d’une vingtaine d’organisations à rejoindre sa cause et l’appuyer dans ses activités. La cause principale étant de s’allier pour défendre le sort des communautés côtières qui sont de plus en plus vulnérables à cause de la venue des grands bateaux de pêche qui monopolisent presque toutes les zones de pêche des côtes de la Grande île. Effectivement, pour assurer leur place dans le secteur, les petits pêcheurs demandent donc à ce qu’on leur octroie un statut légal dans la gestion des aires marines, un droit de pêche exclusif sur les côtes du pays mais également à ce qu’on veille à ce que les bateaux de pêche étrangers mais également locaux  respectent les zones de pêche des communautés et les normes qui en découlent. L’enjeu est encore de taille.  
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !

La Une

Editorial

  • Une aubaine inespérée !
    Le rendez-vous planétaire du sport roi, le mondial du football s'est ouvert le jeudi 14 juin à Moscou, en Russie. En effet, la Fédération de Russie reçoit en cette année 2018 la 21e compétition de la Coupe du monde de football. Un évènement phare qui retient l'attention de tous les amoureux du ballon rond à travers le monde entier. Même les pays, longtemps considérés comme n'accordant pas un intérêt majeur à ce charismatique jeu, affichent de plus en plus d'attention.

A bout portant

AutoDiff