Publié dans Economie

Environnement - Restaurer plus de 4 millions d’hectares de forêts

Publié le dimanche, 11 mars 2018

Lutte contre le changement climatique. A travers l’AFR100 ou l’Initiative pour la restauration des forêts et des paysages forestiers dans le continent, l’Afrique s’est engagé à restaurer pas moins de 100 millions d’hectares de terres dégradées d’ici 2030. Et Madagascar fait partie des 28 pays qui se sont engagés dans cette initiative. Le pays se lance donc comme défi de restaurer 4 millions d’hectares de forêts avant 2030. Effectivement, comme plus de 46 % de sa superficie ont été dégradés par la déforestation et les feux de brousse, la Grande île dispose d’une forte potentialité de restauration. Le concept étant de transformer les zones dégradées et déboisées en un écosystème plus résilient mais également multifonctionnel, avec des impacts bénéfiques sur l’économie locale mais également nationale.


Au cours des deux dernières années, les secteurs touchés comme l’environnement, l’agriculture ou encore l’eau et l’énergie ont alors collaboré afin d’assurer l’engagement du pays dans cette initiative. La « Stratégie nationale sur la restauration des paysages forestiers et des infrastructures vertes » a alors été initiée avec l’appui du programme PAGE (Programme d’appui à la gestion de l’environnement) issu du projet de la coopération allemande pour l’environnement (GIZ). Une stratégie qui a permis la localisation des paysages prioritaires pour la restauration et le maintien des différents écosystèmes de Madagascar. Ils s’évaluent à plus de 11 millions d’hectares. Mais pour le moment, avec les 4 millions d’hectares comme objectifs, les acteurs prioriseront les unités de bassins qui vont répondre aux besoins urgents du pays en matière de développement durable. Dans l’aboutissement de cette initiative, les parties prenantes ont alors organisé, le 7 mars dernier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano, un atelier afin de présenter les paysages privilégiés mais également les divers secteurs ministériels, les partenaires techniques ainsi que financiers, sans oublier les bailleurs de fonds. Par la suite, les actions vont s’accentuer vers les efforts que chaque partie concernée devra fournir dans la réalisation de cette stratégie relative à la restauration des fonctionnalités et des services de nos écosystèmes, afin de préserver notre bien-être et celui des générations futures.
Recueillis par Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

La Une

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff