Publié dans Economie

Consommation - Réticence des consommateurs face aux produits importés

Publié le lundi, 12 mars 2018

Après l'épisode des produits laitiers infantiles contaminés à la salmonelle au dernier trimestre de l'année dernière, on parle maintenant de la farine avariée. Un opérateur a en effet tenté de mettre sur le marché plus de 6 tonnes de farine avariée. Heureusement, il a été intercepté bien avant la vente de ces produits auprès des différentes boulangeries de la Capitale.

D'après les autorités, « ces sacs de farine importée sont entrés en toute légalité sur le territoire malagasy par le port de Toamasina, étant donné qu'ils ont reçu un certificat de consommabilité en bonne et due forme. Mais ce sont les conditions de stockage inappropriées ainsi que les mauvaises conditions météorologiques qui ont détérioré les produits ». Face à cela, les consommateurs deviennent de plus en plus méfiants, plus particulièrement vis-à-vis des produits importés. « Aujourd'hui, nous ne sommes plus vraiment sûrs de la qualité des produits que nous retrouvons sur les étalages des épiceries, car ces produits pourraient être avariés ou encore contaminés, et qu'ils ont échappé à la vigilance des autorités », explique Nivonianina Razafindrakoto, une mère de famille.
Avec l'augmentation considérable des importateurs de produits alimentaires dans le pays, les consommateurs sont ainsi prudents dans le choix des produits pour éviter toute mauvaise surprise. « Actuellement, je privilégie toujours les produits locaux pour mes enfants, plus particulièrement quand je leur achète des biscuits et des confiseries, parce que j'ai plus confiance en ces produits, contrairement aux aliments importés dont les ingrédients et les modes de conservation sont plus sophistiqués », continue Nivo R. Face à cette situation, des mesures sont alors nécessaires afin de préserver les consommateurs face aux différentes fraudes commerciales en matière de produits alimentaires. « Le ministère de tutelle met en garde les opérateurs abusifs qui auraient les mêmes habitudes, et encouragent les consommateurs à prévenir les autorités en cas de doute sur certains produits », ont affirmé les responsables.
Recueillis par Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff