Publié dans Economie

Création d’entreprises - Le financement de départ, le principal frein

Publié le mercredi, 04 avril 2018

Bon nombres de diplômés ont du mal à trouver du travail à la fin de leurs études. Les compétences sont là, mais c’est toujours au niveau de l’expérience qu’ils se font recaler. Face à cette situation, certains décident de se lancer dans la création d’entreprises afin de créer un travail conforme à leurs compétences, à leurs besoins et principalement à leur passion. Tout le monde rêve, en effet, de devenir son propre patron sauf que le parcours pour y arriver n’est pas aussi simple. Avoir une idée ne suffit pas, il faut également chercher des moyens financiers pour pouvoir la développer et la mettre en œuvre. Et le financement de départ demeure aujourd’hui le principal obstacle à la création d’entreprises. « J’ai élaboré mon projet d’entreprise depuis déjà six mois, et c’est au niveau du financement que je rame un peu. Je n’ai pas envie d’avoir recours aux banques pour des prêts, mais je cherche plutôt des partenaires prêts à s’investir autant que moi dans ce projet », explique Riantsoa, une jeune entrepreneure de 27 ans. Contrairement aux autres pays, avoir recours aux services bancaires n’est pas encore ancré dans notre culture. Par peur de ne pas pouvoir rembourser les sommes empruntées ou par manque de confiance vis-à-vis de la réussite du projet ? 

 

Place au financement participatif 

Après quelques temps, les entrepreneurs finissent par abandonner leur idée vu qu’ils n’ont pas réussi à trouver les fonds nécessaires pour démarrer leurs affaires. Pourtant, il faut rappeler que les banques ne sont pas le seul moyen de financement. Un jeune entrepreneur peut également faire appel à un financement participatif. Tout repose sur le dossier du projet. Avec un plan d’affaires en béton, on pourrait notamment convaincre un grand investisseur d’investir dans un projet. L’investisseur peut alors faire un don, un don avec une contrepartie ou encore un prêt. Dans la création d’une entreprise, on ne peut pas vraiment jouer la carte de la sécurité. Une idée simple peut devenir une vraie réussite alors qu’une bonne idée d’entreprise peut faire un flop au bout de quelques temps seulement. Ainsi, la réussite d’un business repose sur la conviction de l’initiateur du projet. S’il en est convaincu, les investisseurs finiront par le suivre. Il faut juste bien choisir son domaine. 

 Rova R.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Ampefiloha Ampatsakana - Un carrefour infernal
  • Trafics douaniers - Mbola Rajaonah devant le Pôle anti-corruption la semaine prochaine
  • Présence confirmée de Mohamed Alabbar, le créateur de Dubaï-city
  • Investiture du Président Rajoelina - 6 Chefs d'Etat présents à Mahamasina
  • Impostures et mensonges de Ny Rado R. - Des victimes prêtes à la confrontation
  • Investiture du Président Andry Rajoelina - Des invités de marque attendus
  • PM d'Andry Rajoelina - Les députés d'accord sur un nom
  • Election de Andry Rajoelina - Des félicitations à l'allure de demande de pardon !
  • Futur Gouvernement - De nouvelles têtes en perspective !
  • Ny Rado Rafalimanana - Un vantard de première catégorie !

La Une

Editorial

  • Concept de l'alternance
    Larousse définit, entre autres, le mot « alternance » en ces termes : « succession de pouvoir, dans un cadre démocratique, de deux tendances politiques différentes ». Selon le calendrier établi, la passation de pouvoir entre le Président sortant Rajaonarimampianina Rakotoarimanana Hery Martial et le Président nouvellement élu Rajoelina Andry Nirina doit se passer ce jour du vendredi 18 janvier 2019. Moment de très grande importance dans la mesure où Madagascar réalise un pas géant voire historique vers l'assise de la démocratie. Une étape essentielle pour la consolidation des acquis, si minimes soient-ils, sur le principe de la succession au pouvoir par la voie des urnes.

A bout portant

AutoDiff