Publié dans Economie

Culture de rente - La vanille de Madagascar en détresse

Publié le mardi, 17 avril 2018

Il fallait s'y attendre. La vanille de Madagascar perd petit à petit sa valeur sur le marché international. Les importateurs commencent en effet à se lasser de la mauvaise qualité de ce produit phare de la Grande île. Ainsi, à cause des conditions climatiques et de l'insécurité permanente régnant dans les zones de production qui perturbent nettement la production, cette denrée finit par ne plus correspondre aux besoins des pays importateurs, notamment en termes de quantité que de qualité.

D'après les propos de Mamy Razakarivony, président du Groupement des exportateurs de la vanille de Madagascar (GEVM), recueillis par la presse en ligne « L'actualité », les débouchés des exportateurs diminuent vraiment à vu d'œil ces derniers temps. Cette tournure résulte également de l'émergence de la vanille synthétique. Sur le rapport qualité-prix, cette dernière se met particulièrement en avant étant donné qu'elle revient considérablement moins chère que la vanille dite traditionnelle, alors que le taux de vanilline définissant la qualité du produit peut être défini. Bon nombre d'exportateurs finissent ainsi par choisir la vanille synthétique. Les différents producteurs de vanille du monde entier commencent aussi à émerger, comme ceux de la vanille sous serre en Hollande avec « Nethervanilla », pour venir à bout des besoins en vanille du monde entier. Dans cette serre, des scientifiques ont réussi à reproduire toutes les conditions nécessaires à la culture de cette denrée et produire ainsi de la vanille de très bonne qualité.
La vanille de Madagascar est donc aujourd'hui en détresse. Et si des mesures effectives ne sont pas prises pour améliorer cette filière, le pays risque de perdre sa première place sur le marché international.
Recueillis par Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure
  • Patrimoine de l’Etat - Le HVM fait sa braderie
  • Election présidentielle 2018 - Andry Rajoelina le candidat le mieux préparé

Editorial

  • Calendrier irrévocable
    Un arbre de taille haute, sur le sommet de la colline, attire les foudres. C’est un phénomène physique  naturel. Dans une communauté humaine donnée, quelqu’un qui a réussi dans sa vie et parvient à se hisser au top de sa carrière attise des animosités. AndryNirinaRajoelina, ancien président de la Transition, de retour au pays, entame un périple de descentes sur terrains. A la bonne surprise générale ou à la désolation totale pour certains, c’est selon, le leader du Mapar/Tgv cartonne partout où il passe. Il a été accueilli de Mahajanga à Fianarantsoa, tout récemment, en passant par Antsohihy puis Soanierana-Ivongo jusqu’à Marolambo, pour ne citer que ces quelques localités-repères, par une population entièrement en phase et enthousiasme. L’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), détaillée en long et en large durant tout le parcours par son président-fondateur en personne, reçoit un écho plus que favorable. L’IEM est la bienvenue partout où…

A bout portant

AutoDiff