Publié dans Economie

Orientation professionnelle - Accorder des formations par rapport aux emplois disponibles

Publié le dimanche, 10 juin 2018

Lacunes au niveau de la formation. Beaucoup de jeunes exercent aujourd'hui des métiers qui ne correspondent pas du tout à leur formation professionnelle. Dans ce contexte, le Syndicat des industries de Madagascar (SIM) veut ainsi collaborer avec les grandes écoles du pays. Effectivement, de nos jours, les jeunes diplômés ont du mal à trouver des emplois qui correspondent à leur passion ainsi qu'à leur cursus universitaire. Chacun finit donc par se rabattre sur la première offre d'emploi qui se présente à lui.

Le SIM veut donc éviter que les futurs jeunes diplômés deviennent plus tard des sous-employés. Ce partenariat va surtout permettre d'accorder des formations par rapport aux emplois disponibles sur le marché tout en améliorant les orientations professionnelles. « C'est comme dans la production, nous fabriquons des choses lesquelles ne nous servirons à rien et qui n'ont même pas de débouché. Et par conséquent, nous finissons par oublier nos réels besoins. Donc, il faut y remédier ! », indique Amiraly Hassim, président du Comité d'organisation de la célébration du 60e anniversaire du SIM.
Le principal défi à relever à travers cette collaboration est alors de trouver une manière de bien former les jeunes. Ainsi, leurs compétences professionnelles pourront correspondre au profil recherché par les industriels et les entreprises malagasy. Dans cet esprit, il faudrait que les instituts et les grandes écoles offrent aux jeunes apprentis des formations avec des débouchés professionnels disponibles à Madagascar. Sans oublier que l'avenir du secteur industriel dépendra des futurs jeunes diplômés. Une conférence-débat sur le sujet sera même organisée à l'occasion de la 4e édition du Salon de l'industrie de Madagascar. 
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff