Publié dans Economie

Gestion foncière - Valoriser les certificats fonciers auprès des institutions

Publié le jeudi, 09 août 2018

Méconnaissance. La valeur des certificats fonciers reste toujours méconnue du grand public. Dans cet esprit, la Direction générale des services fonciers a organisé un atelier, dans les locaux du Fonds de développement local (FDL) à Anosy, afin de sensibiliser les institutions de microfinances sur la valeur juridique détenue par ces papiers administratifs. Effectivement, jusqu'à ce jour, les paysans ont du mal à obtenir une hypothèque auprès de ces institutions avec ce type de document. « Quand il est question de propriété foncière, nous disons toujours que tel terrain est titré ou encore borné. Mais le certificat foncier n'est pas vraiment populaire. De ce fait, par méconnaissance, les propriétaires mais également les différents responsables hésitent à accorder de la validité à ce papier administratif », a déclaré Hasimpirenana Rasolomampionona, directeur général des services fonciers.

Pourtant, la valeur administrative du certificat se place au même rang que celle du titre foncier même s'ils sont relativement différents. « Les personnes possédant un certificat foncier ont donc plein droit sur leur terrain », a souligné le directeur général des services fonciers, rattaché au ministère de l'Aménagement du territoire et des Services fonciers.
Des réticences
Actuellement, le ministère de l'Aménagement du territoire et des Services fonciers multiplie les sensibilisations pour permettre au plus grand nombre de personnes de connaître l'importance du certificat foncier. « Il est nécessaire d'intégrer le certificat foncier dans l'esprit et dans le quotidien des gens  pour éviter les réticences. Ainsi, ce document pourra avoir l'importance qui lui est due au sein de la société au même rang que le
titre foncier, d'où l'intérêt des différentes sensibilisations comme celle-ci », a affirmé Hasimpirenana Rasolomampionona. En plus, le certificat foncier est plus facile à obtenir autant en matière de procédures administratives que de dépenses. Outre la promotion, la direction générale des Services financiers veut aussi renforcer cette valeur en modifiant les lois. D'après le directeur général des services fonciers, « dans les présentes lois, il est mentionné qu'un certificat foncier est valable jusqu'à preuve du contraire. Et ce sont ces lignes que nous voulons retirer pour ne plus semer le doute auprès des propriétaires ». Le projet de loi a déjà été soumis à l'Assemblée nationale. Il ne reste plus qu'à rassembler les votes et les propriétaires pourront bénéficier pleinement des avantages du certificat foncier.  
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff