Publié dans Economie

Echanges commerciaux - Renforcer le contrôle au niveau des entreprises

Publié le dimanche, 21 octobre 2018

Libéraliser. Les échanges commerciaux, plus particulièrement l’importation, ne connaissent aucune limite probante à Madagascar. C’est pour cette raison que le contrôle après dédouanement doit être particulièrement renforcé. Et aujourd’hui, le contrôle au niveau des entreprises prend de plus en plus d’ampleur dans la chaîne de contrôle douanier. Effectivement, dans le cadre de la facilitation des échanges, l’administration douanière est dans l’obligation de réduire les contrôles aux frontières. Donc, c’est pour éviter les écarts de conduite ou que certains opérateurs en profitent que le contrôle post-dédouanement est priorisé. « Il s’agit essentiellement des contrôles en entreprise qui consistent à comparer les éléments déclarés, tels que l’espèce, la valeur, l’origine ou encore la quantité des marchandises, aux informations disponibles en dehors et chez l’entreprise, susceptibles d’infirmer ou de confirmer les éléments déclarés », explique le Service de lutte contre la fraude douanière.


Lutter contre la fraude douanière
Entre fausses déclarations et sociétés fictives, les opérateurs usent de plusieurs manières pour éviter de payer les différents droits et taxes. De ce fait, conformément aux articles 53 et 54, le Service de lutte contre la fraude douanière se rapproche des détenteurs d’informations et de documents susceptibles d’infirmer ou de confirmer les éléments déclarés, ainsi que de dénoncer ces mauvaises pratiques. « Devant ces mauvaises pratiques, le service renforce depuis l’année dernière les contrôles ponctuels et procède aux contrôles tant que les marchandises peuvent encore être vérifiées même après la mainlevée », souligne un responsable auprès dudit service. Toutefois, il faut noter que le contrôle après dédouanement doit se faire dans un délai de trois ans. Le Service de lutte contre la fraude douanière se doit alors d’améliorer ses actions pour éviter de pénaliser tout le système économique par la forte présence de la concurrence déloyale. Effectivement, comme les opérateurs paient moins de taxes, leurs produits reviennent moins chers. Un vrai problème à résoudre, plus particulièrement pour assurer les bénéfices des producteurs locaux.   
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Impostures et mensonges de Ny Rado R. - Des victimes prêtes à la confrontation
  • Investiture du Président Andry Rajoelina - Des invités de marque attendus
  • PM d'Andry Rajoelina - Les députés d'accord sur un nom
  • Election de Andry Rajoelina - Des félicitations à l'allure de demande de pardon !
  • Futur Gouvernement - De nouvelles têtes en perspective !
  • Ny Rado Rafalimanana - Un vantard de première catégorie !
  • Assainissement au niveau de la Justice - Des magistrats sanctionnés
  • Investiture du 19 janvier - Qui succédera à Ralitera Etienne ?
  • Cérémonie d’investiture laïque à Mahamasina - Le président de la HCC persiste et signe
  • République de Madagascar - « Zandry kely » élu, 7è Président

Editorial

  • Laïcité !
    « Pas de bible, pas de culte ! » Une déclaration choc de Jean Eric Rakotoarisoa, président de la Haute Cour constitutionnelle (HCC), autour de la cérémonie d'investiture du samedi 19 janvier à Mahamasina qui créa des vagues auprès de l'opinion. Et pour répondre à ses « détracteurs », le professeur de Droit constitutionnel persiste et signe à ceux ou celles qui veulent l'entendre qu'il s'agit d'une cérémonie républicaine. Pour une fois, le principe de la laïcité de l'Etat, nettement mis en valeur dans cette nouvelle disposition, est respecté. En fait, le président de la HCC n'a fait que remettre les pendules à l'heure !

A bout portant

AutoDiff