Publié dans Economie

Centrale hydroélectrique - Un comité de suivi pour les projets prioritaires

Publié le lundi, 22 octobre 2018

Pour une bonne préparation. Dans le cadre de la mise en œuvre des projets de centrales hydroélectriques, le ministère de l’Energie et des Hydrocarbures ainsi que ses collaborateurs ont entamé vendredi dernier, à Ampandrianomby, une réunion de démarrage afin de mettre en place un comité de suivi pour les projets prioritaires tels que les barrages de Volobe et de Sahofika, mais aussi ceux d’Ambodiroka et d’Antetezambato.  Ce comité rassemblera surtout les institutions du secteur public dont le ministère en charge, mais également les organismes qui lui sont rattachés comme l’Office de régulation de l’électricité (ORE) ainsi que la JIRAMA, la société nationale d’eau et d’électricité.

Durant cette première réunion, les membres respectifs ont ainsi pu définir les différentes tâches attribuées au comité. Définir les points à être pris en compte dans les contrats de concession et les contrats d’achat d’énergie compte par exemple parmi ses principales actions. Effectivement, le secteur public se doit d’imposer les termes qui profiteront surtout à la JIRAMA afin de lui permettre de vendre de l’électricité abordable pour la population. Pour rappel, le secteur public a déjà signé le sommaire des principaux termes de contrat ou « termsheet » concernant le barrage de Volobe et celui de Sahofika. Ce seront donc les prochains termes qui seront suivis de près par ce comité.
Ainsi, les actions des parties prenantes seront plus coordonnées, sachant que les différents projets arrivent aujourd’hui à un certain niveau avancé de maturité. Actuellement, le secteur privé, de son côté, s’est déjà lancé dans des études d’impacts environnementaux ou encore dans la recherche des financements nécessaires pour l’installation de ces infrastructures énergétiques. La mise en place de ce comité est une manière pour le secteur public de démontrer son implication.
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Elections Liens suspects entre - Mbola Rajaonah et le DSI de la CENI
  • Trucage des résultats électoraux - Des têtes vont tomber au niveau des SRMV
  • TIM – HVM - Une alliance vouée à l’échec !
  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC

La Une

Editorial

  • Arrogante !
     Contre vents et marées, la CENI publia officiellement les résultats provisoires de l’élection du Président de la République du 7 novembre 2018. Le schéma d’un deuxième tour se confirme. En dépit des anomalies et des irrégularités constatées, soulevées et dénoncées par l’ensemble des candidats, la Commission ne fait qu’à sa tête et se moque royalement de ces légitimes réserves. Elle  défend, farouchement, par la voix de son président, Maitre Hery Rakotomanana, la supposée légitimité de sa démarche. Toujours selon cet avocat de renom, trois piliers sous-tendent les actions, à savoir : la transparence, la neutralité et l’indépendance. Personne ne conteste ni remet en cause la pertinence ou la nécessité de ces bases cardinales. Seulement, certain comportement des dirigeants de cette honorable Institution les contredit. Ainsi, des faits avérés troublants laissent planer le doute quant à l’existence réelle de la transparence, à la fiabilité de la neutralité et à la véracité de…

A bout portant

AutoDiff