Publié dans Economie

Aéroport d’Ivato - 66 % des travaux déjà accomplis

Publié le mardi, 30 octobre 2018

Bien avancé. La construction du nouveau terminal international d’Antananarivo ne cesse d’évoluer. Aujourd’hui, près de 66 % des travaux ont déjà été terminés. Et l’extérieur de la batisse commence vraiment à prendre forme. Effectivement, le bâtiment arbore maintenant une toiture aux couleurs grises et vertes de Ravinala Airports, apercevable de loin, et une magnifique façade faite de verre. Les ouvriers de CMBI, regroupant Colas Madagascar et Bouygues Bâtiment International, ont notamment fini d’installer la baie vitrée de la partie haute de l’aéroport. Cette partie relie le terminal aux futurs appareils qui atteriront sur la nouvelle piste, laquelle est déjà opérationnelle depuis le mois de juillet dernier.

« Les grosses structures sont terminées. Actuellement, nous nous focalisons un peu plus sur les travaux intérieurs, les canalisations ainsi que sur la mise en place des différents équipements. Bientôt, nous allons également commencer les travaux de construction du parking  pour véhicules », précise Sandrine Rahantamalala, responsable communication et relations publiques auprès de Ravinala Airports.
Les passerelles d’embarquement prêtes pour l’installation
Outre cela, les trois passerelles d’embarquement ont toutes été livrées et sont prêtes pour l’installation. Il faut noter que ce nouveau terminal sera le premier à Madagascar à être doté de passerelles aéroportuaires. Celles-ci vont surtout permettre de basculer de l’ancien système vers les normes internationales actuelles. Les voyageurs n’auront  donc plus besoin de passer par le tarmac. « Grâce à ces passerelles, Ravinala Airports priorise surtout la qualité de service mais aussi le confort des passagers. Désormais donc, qu’il vente ou qu’il pleuve, qu’il fasse chaud ou froid, les voyageurs pourront avoir un accès direct vers l’avion sans aucune difficulté », explique Nicolas Deviller, directeur délégué de Ravinala Airports. Pour assurer l’embarquement et le débarquement de l’avion, ces équipements peuvent ainsi s’étendre de 18 à 41 mètres, selon la taille et le type de l’appareil. Il faut noter que le prix d’une passerelle environne les 600 000 à 800 000 euros.
Pour rappel, la date de livraison du nouveau terminal est prévue pour le mois de juin 2020, « mais vu l’avancement rapide des travaux, nous prévoyons d’ouvrir un peu plus tôt si les conditions requises sont remplies », remarque Sandrine Rahantamalala.   
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff