Publié dans Economie

Sècheresse - Le District de Betioky gravement touché par l’insécurité alimentaire

Publié le jeudi, 01 novembre 2018

 La rivière Laniry, dans le village de Laniry à Betioky au Sud-ouest de Madagascar est complètement asséchée. Il n'a pas plu depuis plusieurs mois. Les villageois creusent pour que les femmes puissent y puiser un peu d'eau, sinon elles quittent le village très tôt le matin. Lorsque cette rivière sera complètement à sec, ces femmes devront faire plusieurs kilomètres à pied pour trouver de l'eau.
 D’après le dernier rapport du Programme alimentaire mondial (PAM), Betioky est l'un des Disctricts les plus sévèrement touchés par l'insécurité alimentaire causée par la sécheresse. 35% des ménages ont un score de consommation alimentaire pauvre. Leur régime alimentaire est très peu diversifié et peu nutritif. Pour survivre, les habitants devront parcourir quelques kilomètres jusqu'à la forêt pour cueillir le "monky", un tubercule sauvage qui est un aliment consommé en temps de Kere.


Pourtant, d’après la classification de la sécurité alimentaire en octobre 2016 à mars 2017,  ce District se trouve encore dans la phase de crise (IPC Phase 3) après ceux de Tsihombe, Beloha et Amboasary Sud, qui sont déjà dans la phase d’urgence (IPC Phase 4). Pour faire face à cette situation, bon nombre de ménages ont eu recours à des stratégies d’urgence et dans les Districts les plus affectés, une portion des ménages a vendu des actifs productifs, des terres ou leur maison et a eu recours à la mendicité. 35% des ménages nécessitent une action urgente pour protéger leurs moyens de subsistance et réduire les déficits alimentaires.
 Recueillis par  Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff