Publié dans Economie

Aménagement des villes - Madagascar en phase de transition urbaine

Publié le jeudi, 01 novembre 2018

Crucial. Actuellement, le problème urbain est une préoccupation au niveau mondial. En effet, la vie urbaine se caractérise particulièrement par la pauvreté et la dégradation de la qualité de vie dans plusieurs quartiers. La Journée mondiale des villes est ainsi organisée afin de trouver des solutions efficientes à ces problèmes. Et Madagascar, par le biais du ministère de l’Aménagement du territoire et des Services fonciers (MATSF), célèbre cette journée depuis l’année dernière. L’objectif principal étant de favoriser la transition urbaine de la Grande île. Pour cette année, le thème est basé sur « Construire des villes durables et résilientes ». La commémoration de cet évènement s’est faite dans la Capitale mais également dans la ville de Fort-Dauphin, avec l’appui de l’Agence française de développement, de la Banque mondiale et du Groupe SMTP. « Cette célébration est importante, surtout que notre pays enregistre aujourd’hui un taux de croissance très élevée de la population urbaine, soit 4,6 % par an. Dans ce contexte, il est en effet important d’instaurer des infrastructures répondant aux normes et aux besoins de la population.  C’est donc une occasion de faire le bilan de ce qui a été faite et de ce qui reste encore à faire », précise Christine Razanamahasoa, ministre de l’Aménagement du territoire et des Services fonciers.
Pour un but précis
Il faut noter que cet évènement a un objectif bien précis, notamment la mobilisation de tous les acteurs afin de favoriser la phase de transition urbaine et promouvoir le développement des villes. Effectivement, des actions concrètes doivent être réalisées. A travers les expositions et les conférences, les acteurs sont donc informés sur les objectifs et les engagements en matière de développement urbain durable, ainsi que sur la mise en œuvre de la politique de la ville. Par conséquent, ils pourront réfléchir et échanger sur les thématiques les plus préoccupantes des villes. Et c’est également une occasion pour mobiliser les partenaires potentiels afin de les inciter à s’y investir. « Des initiatives ont déjà été entamées, mais nous devons encore fournir beaucoup d’efforts avant d’arriver à construire des villes durables et résilientes », conclut le ministre.
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

La Une

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff