Publié dans Economie

Valorisation des déchets - L’expertise marocaine au service de Madagascar

Publié le mercredi, 14 novembre 2018

Aucun développement. Le Maroc met son expertise environnementale au service de Madagascar. Une formation a ainsi été tenue la semaine dernière, dans la Capitale par Hassan Chouaouta, un expert sur le traitement et la valorisation des déchets ménagers. Effectivement, aujourd’hui, à Madagascar, mais plus particulièrement dans la Capitale, la production de détritus demeure élevée. Pourtant, les capacités du pays à les gérer sont encore limitées, que ce soit dans le domaine institutionnel, juridique, technique mais également financier. Par conséquent, la qualité du service fourni reste à ce jour médiocre. « En matière de traitement, la grande partie des déchets municipaux est éliminée dans des décharges non contrôlées. L’activité de récupération se pratique alors de manière informelle. Et les quantités de déchets récupérées par cette voie demeurent très minimes et sont loin de refléter les potentialités et les opportunités offertes par la composition de ces déchets », précise un responsable au sein du ministère de l’Environnement, des fôrets et de l’écologie. La formation fournie par l’expert marocain a alors essayé de répondre à tous ces problématiques.


 Un programme bien rempli
 Cette formation a ainsi touché le personnel du ministère de l’Environnement ainsi que  différentes communes de l’île Rouge. Le programme de la formation s’est alors focalisé sur la conception de la politique de gestion des déchets ainsi que la planification de la gestion des déchets. En premier lieu, le formateur a voulu susciter la prise de conscience de chacun sur le rôle des municipalités pour obtenir une meilleure gestion des déchets. Pour ensuite, améliorer la compréhension des rôles, des pouvoirs, des droits, mais aussi des devoirs et  des limites de chaque acteur à chaque étape. Et au final, pouvoir gérer de manière efficace les ordures produites quotidiennement avec les connaissances requises. Il ne faut pas oublier que les déchets peuvent avoir de nombreux débouchés à l’exemple du recyclage ou encore en tant que source énergétique. Il est juste nécessaire d’avoir une bonne organisation. Pour rappel, cette formation cadre dans la mise en application de l’accord de coopération, plus spécialement dans le domaine de l’environnement, signé entre le Maroc et Madagascar en 2016.
Rova R.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff