Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Economie

Trafic de ressources naturelles - 7 000 tortues nouvellement saisies à Tongobory

Publié le jeudi, 15 novembre 2018

Les trafiquants n’ont pas compris la leçon ! Grâce aux informations recueillies par le bureau du cantonnement forestier, les autorités de la région ont effectué une descente dans un hameau de Tongobory, au nord-est de Toliara. Et 7 347 tortues radiées y ont été retrouvées vivantes, tandis que 32 autres étaient déjà mortes, probablement en raison de leurs mauvaises conditions de détention. Selon les informations fournies par la WWF, « trois personnes ont été arrêtées dont une femme et deux hommes ayant nourri les tortues ». Ces trafiquants ont alors avoué que cela faisait plus de quatre mois qu’ils ont séquestré ces tortues dans cette localité. Toutefois, la collecte de cette espèce s’est faite dans la Région Androy, plus précisément entre Toliara et Taolagnaro.


Une grande organisation
Sur les lieux, les autorités régionales ont également pu découvrir des dizaines de caisses en bois préfabriquées pour transporter ces animaux. Certains caissons ont déjà même été utilisés mais également marqués par des codes chiffrés, surement pour faciliter les reconnaissances durant les différents déplacements. Selon les explications reçues, une collecte de cette envergure nécessite une grande organisation. Et si, jusque-là, ces malfaiteurs ont réussi à échapper aux différents contrôles, c’est qu’il y a déjà tout un système bien organisé mis en place assurant chaque déplacement. Effectivement, seuls quelques membres du cartel ont été arrêtés. Donc, le trafic continue encore de tourner. C’est tout le réseau qu’il faudra démanteler pour stopper toute cette situation.
Malheureusement pour les tortues radiées, l’ampleur du trafic connait actuellement une véritable hausse. Depuis  le mois d’avril, on compte approximativement 19 000 tortues saisies avec le concours du réseau d’acteurs luttant contre le trafic illicite des ressources naturelles dans l’Atsimo Andrefana. Pour rappel, le réseau d’acteurs est composé de la société civile, la direction régionale de l’environnement, de l’écologie et des forêts, le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO), le  Tribunal de Toliara, la Région Atsimo Andrefana, la Police, la Gendarmerie, la direction régionale de la communication, la direction régionale des mines, Madagascar National Parks et WWF.
 Rova R.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff