Publié dans Economie

Consommation - Hausse de 3 000 ariary du prix du charbon de bois

Publié le vendredi, 16 novembre 2018

Inévitable. Avec le début de la saison des pluies, il n’est pas étonnant que les prix des marchandises augmentent. Effectivement, cette saison rime toujours avec destruction des réseaux routiers de la Grande île. Pour cette période-ci, ce seront les utilisateurs du charbon de bois qui seront pénalisés. Le prix du sac du charbon de bois a notamment connu une hausse moyenne de 3 000 ariary. Désormais, un sac de charbon s’achète entre 23 000 et 26 000 ariary. « Entre la destruction des routes et la hausse du prix du carburant, les transporteurs ont également opéré une hausse. Nous sommes donc obligés de suivre la tendance et d’augmenter nos prix pour éviter les pertes », explique Rajean, vendeur de charbon de bois du côté du quartier d’Isotry.

Il ne faut pas non plus oublier que durant cette période, il est plus difficile de faire du charbon de bois en raison de l’humidité. De ce fait, soit la production devra se réduire, soit elle est de mauvaise qualité. Face à cette situation, bon nombre des consommateurs se plaignent. « Même justifiée, cette augmentation me reste encore en travers de la gorge. Le prix a encore augmenté alors que la qualité s’est nettement dégradée. C’est toujours comme cela ! Mais j’en achète toujours parce que je n’ai pas d’autres solutions vu que toutes les autres alternatives sont bien au-dessus de mes moyens », précise Lila Ramorasata, fonctionnaire et mère de deux enfants. Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui, le charbon de bois et le bois de chauffe sont les seules sources énergétiques se rapportant au pouvoir d’achat des ménages malagasy.
Destruction constante des fôrets
Toutefois, il est plus que nécessaire que cette tendance change. A noter qu’en 2012 par exemple, d’après la WWF, il a fallu détruire 15 000 ha de fôrets pour pouvoir subvenir aux 28 500 tonnes de demande en charbon  de bois de la ville de Toliara. Pour le cas de la Capitale, ces chiffres sont alors largement dépassés. Alors, si l’usage du charbon de bois continue à ce rythme, Madagascar n’aura plus de fôrets. Il ne faut pas non plus oublier que seuls 10% des zones forestières de la Grande île existent encore jusqu’à maintenant. Ainsi, cette disparition risquera de troubler tout l’écosystème de la Grande île.
Rova R.

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff