Publié dans Economie

Baromètre de l’industrialisation - La situation demeure médiocre

Publié le lundi, 19 novembre 2018

Aucune évolution concrète. L’Alliance pour l’industrialisation durable à Madagascar a présenté, hier, la deuxième édition du baromètre pour l’industrialisation. A ce jour, la situation demeure encore médiocre pour le secteur secondaire malagasy, et ce malgré la petite évolution perçue par les industriels. Effectivement, l’indice global est passé de 26 à seulement 30, tandis que l’indice social, a évolué de 39 à 43, soit une progression respective de quatre points chacun. En trois mois, la perception des industriels et des travailleurs sur la situation reste encore inchangé. « A noter qu’en choississant de présenter un baromètre à chaque trimestre, nous voulons surtout mettre en évidence les ressentis et les perceptions des nos enquêtés. Il ne faut pas oublier qu’une opinion peut changer du jour au lendemain à cause d’un évènement. Donc sur une trop longue période, les résultats ne seraient pas les mêmes. Et sur cette durée, nous pouvons vraiment identifer les points focaux à améliorer », explique Rivo Rakotondrasanjy, vice-président de l’Alliance pour l’industrialisation durable, lors de la séance de questions-réponses. Pour cet échantillon, des industries non-membres du Syndicat des industries de Madagascar ont bien voulu contribuer à l’enquête. Toutefois, les résultats restent presque unamines plus particulièrement sur l’inefficacité des interventions de l’Etat  notamment dans le domaine de l’insécurité et de la concurrence déloyale, deux problèmes majeurs pour les industries locales.


 
Toujours optimistes

Malgré tout cela, les industriels restent quand même optimistes sur l’évolution de la situation. Sur une projection pour les trois à six mois prochains, les acteurs envisagent dans le secteur un bon climat, avec un indice de la conjoncture future de 63, soit une augmentation de quinze points en comparaison à l’état zéro. « La capacité d’influence des industriels sur la politique de l’Etat est encore aujourd’hui très faible. L’avenir du secteur industriel à Madagascar revèle ainsi une confiance ambigüe. Mais plus de la moitié des industries prévoient investir dans l’augmentation de leur capacité de production afin de contribuer au bon développement du secteur », a notifié hier la représentante du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (CREM) lors de la présentation du baromètre. Cependant, pour rejoindre cette contribution au développement du secteur secondaire dans la Grande île, l’Alliance a aussi conçu une liste de revendications conformes aux besoins prioritaires du secteur, telles que la surtaxation des matières premières non-transformées ou encore la mise en place d’un conseil économique. 
  Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff