Publié dans Economie

Contrôle post-dédouanement - Les opérateurs encore sceptiques

Publié le jeudi, 13 décembre 2018

Manque de confiance. L’administration douanière favorise aujourd’hui le contrôle post-dédouanement. Toutefois, les opérateurs économiques restent encore sceptiques, vu que cela revient à un contrôle supplémentaire, s’ajoutant aux lourdes procédures administratives déjà en place. « Effectivement, entre les contrôles fiscaux et les contrôles du ministère du Commerce sans oublier ceux de la douane, la charge administrative ne cesse de s’alourdir. Ce qui retarde considérablement la chaine de production des différentes entreprises.

Ce contrôle post-dédouanement n’est alors pas vraiment le bienvenu, du côté des industriels » a constaté Fredy Rajaonera, président du Syndicat des industries de Madagascar. Les différentes autorités et institutions publiques sont trop éparpillées. Il n’y a donc aucune homogénéité au niveau de leur travail, favorisant les incohérences et les fraudes. Alors, il ne faut pas s’étonner que les entrepreneurs émettent encore quelques réserves face à cette nouvelle mesure.    

Cependant, selon les explications de la Direction générale des douanes (DGD), mercredi dernier, lors d’une table ronde sur le sujet, « ce contrôle post- dédouanement s’inscrit dans la mise en place du circuit vert, visant surtout à faciliter les échanges  dans le pays mais aussi sur le plan international ». Dans ce nouveau système, les procédures de dédouanement seront accélérées. Et les contrôles et les diverses vérifications « en externe » seront  renforcées. « Mais le basculement vers ce système ne sera pas une mince affaire, d’où la longueur des délais de dédouanement encore ressentie » a clarifié Eric Narivony Rabenja, directeur général des douanes.

Un nouveau tableau de sanctions

Les fraudes commises au sein de ce service administratif ont également été abordées. Pour les opérateurs, « si les fraudes sont possibles, c’est que le système est corrompu, peut-être pas tout le système, mais en tout cas une partie ». Consciente de la situation, la douane prévoit alors de mettre en place un nouveau tableau de sanctions pour y remédier. « Il faut que tous nos agents aient une éthique et soient intègres pour que les opérateurs puissent se fier à notre service », a souligné M. Rabenja. Elaboré en collaboration avec le ministère de la Fonction publique, ce tableau fera ainsi partie des nouveaux moyens de lutte contre la corruption de la DGD.

Rova R.

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff