Publié dans Economie

Saison des croisières - Plusieurs touchers en un mois

Publié le lundi, 04 février 2019

Une saison plus que fructueuse. La saison des croisières 2018-2019 a débuté durant le dernier trimestre de l'année dernière. Et jusqu'à aujourd'hui, les résultats sont plus que satisfaisants. Pour ce mois de janvier par exemple, les côtes de la Grande île ont enregistré plusieurs touchers, soit plus de trois à cinq fois qu'auparavant. Tout dépend de la destination. Les plus prisés sont les ports de Taolagnaro, de Nosy-Be mais aussi de Toamasina. En tout, trois bateaux bien distincts ont longé Madagascar.

Le premier de la liste est Ocean Dream, un bateau de croisières japonais ayant effectué une escale à Fort-Dauphin, le 18 janvier dernier. Pour rappel, ce bateau appartient à « Peace Boat », une ONG japonaise promouvant « la paix, les droits de l'Homme ainsi que le développement durable et l'environnement ».
Ensuite, il y a eu le paquebot de luxe Costa Victoria de la compagnie Costa Croisières qui a séjourné à Nosy-Be les 26 et 31 janvier dernier. Et la dernière en date est le bateau Aida Blu d'une compagnie allemande, qui en est aujourd'hui à son troisième passage sur la Grande île, depuis le début de la saison. Ce dernier a accosté le pays, vendredi dernier. Et au cours des derniers jours, il a prévu de faire des escales dans les ports de Nosy-Be, Antsiranana et Toamasina. Hier, les 2 000 passagers qu'il transporte ont pu découvrir le plus grand port de l'île Rouge ainsi que les sites réputés de la côte Est.
Un calendrier mensuel bien rempli
Ainsi, cette saison prouve que le pays commence aujourd'hui à intéresser de plus en plus de croisiéristes. Et le calendrier sera encore rempli jusqu'au mois de mars prochain. Pour ce mois de février, les dates à retenir sont les 9, 10, 14, 23 et 28 février prochain. En plus, un nouveau bateau viendra étoffer la liste, à savoir le Seabourn Sojourn de la compagnie Seabourn. Pour rappel, le marché du tourisme de croisières participe considérablement au développement de l'économie locale. La preuve, les touristes dépensent en moyenne 100 euros pour les excursions et les achats de produits artisanaux pour chaque escale. Une aubaine pour tous les opérateurs locaux.
Rova Randria

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff