Publié dans Economie

Saison des croisières - Plusieurs touchers en un mois

Publié le lundi, 04 février 2019

Une saison plus que fructueuse. La saison des croisières 2018-2019 a débuté durant le dernier trimestre de l'année dernière. Et jusqu'à aujourd'hui, les résultats sont plus que satisfaisants. Pour ce mois de janvier par exemple, les côtes de la Grande île ont enregistré plusieurs touchers, soit plus de trois à cinq fois qu'auparavant. Tout dépend de la destination. Les plus prisés sont les ports de Taolagnaro, de Nosy-Be mais aussi de Toamasina. En tout, trois bateaux bien distincts ont longé Madagascar.

Le premier de la liste est Ocean Dream, un bateau de croisières japonais ayant effectué une escale à Fort-Dauphin, le 18 janvier dernier. Pour rappel, ce bateau appartient à « Peace Boat », une ONG japonaise promouvant « la paix, les droits de l'Homme ainsi que le développement durable et l'environnement ».
Ensuite, il y a eu le paquebot de luxe Costa Victoria de la compagnie Costa Croisières qui a séjourné à Nosy-Be les 26 et 31 janvier dernier. Et la dernière en date est le bateau Aida Blu d'une compagnie allemande, qui en est aujourd'hui à son troisième passage sur la Grande île, depuis le début de la saison. Ce dernier a accosté le pays, vendredi dernier. Et au cours des derniers jours, il a prévu de faire des escales dans les ports de Nosy-Be, Antsiranana et Toamasina. Hier, les 2 000 passagers qu'il transporte ont pu découvrir le plus grand port de l'île Rouge ainsi que les sites réputés de la côte Est.
Un calendrier mensuel bien rempli
Ainsi, cette saison prouve que le pays commence aujourd'hui à intéresser de plus en plus de croisiéristes. Et le calendrier sera encore rempli jusqu'au mois de mars prochain. Pour ce mois de février, les dates à retenir sont les 9, 10, 14, 23 et 28 février prochain. En plus, un nouveau bateau viendra étoffer la liste, à savoir le Seabourn Sojourn de la compagnie Seabourn. Pour rappel, le marché du tourisme de croisières participe considérablement au développement de l'économie locale. La preuve, les touristes dépensent en moyenne 100 euros pour les excursions et les achats de produits artisanaux pour chaque escale. Une aubaine pour tous les opérateurs locaux.
Rova Randria

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff