Publié dans Economie

Matina Razafimahefa - « Les femmes doivent se supporter pour avoir plus d’impacts »

Publié le vendredi, 08 mars 2019

Agée de seulement 21 ans, Matina Razafimahefa est déjà à la tête de sa propre entreprise. Un modèle dans le monde féroce de l’entrepreneuriat malagasy. Effectivement, au cours de l’année dernière, elle a créé sa start-up, « Sayna », issue  du nom malagasy « saina » signifiant intelligence. Son objectif est de permettre aux jeunes, et ce, sans exception d’accéder à une éducation de qualité. De part son engagement envers la société et la proposition d’une solution innovante pour l’éducation, « Sayna» a  même obtenu le prix du « Meilleur entrepreneur social 2018 ». Déterminée à atteindre le but qu’elle s’est fixée, elle a même le temps de prendre soin de son « petit bébé ».

Aujourd’hui, Matina Razafimahefa est en troisième année en Sciences politiques à l’université de Sorbonne à Paris. Toutefois, elle a décidé de prendre une année sabbatique pour pouvoir se concentrer uniquement sur « Sayna ». « Monter sa propre entreprise tout en étudiant n’est pas une chose facile. L’année dernière, j’ai eu un bon nombre de difficultés. Entre les partiels et le voyage à Madagascar pour Sayna, cela n’a pas été de tout repos. Heureusement, j’ai su m’entourer des bonnes personnes, plus particulièrement dans le domaine du marketing. De ce fait, ma start-up s’est facilement mise en place. Mais pour cette année, j’ai décidé de me donner du temps pour mener à bien l’extension de Sayna. En plus, nous avons de nombreux projets à mettre en place. 2019 sera une grande charnière pour nous », a-t-elle expliqué.  

« Warrior »

Fille d’un père médecin et d’une mère ingénieure en polytechnique, Matina est la dernière de sa tribu, avec une grande sœur et deux grands frères. Malgré son jeune âge, elle a toujours été qualifiée de « warrior »  ou de guerrière au sein de son entourage. « Habituellement, les gens disent de moi que je suis une vraie battante. Le sens du travail et la persévérance sont principalement les qualificatifs qu’on m’attribue. En effet, ce n’est pas facile de monter une entreprise à Madagascar, surtout une entreprise sociale. Au début, nous avons voulu créer une association mais au bout du compte, une entreprise sociale convenait mieux. Il a donc fallu travailler beaucoup plus pour monter un « business plan » et trouver une logique économique pour que notre activité puisse tourner. Mais nous en sommes arrivés », confie-t-elle.

A noter qu’à ce moment précis, Sayna en est maintenant à sa cinquième promotion d’étudiants. Et pour évoluer, Matina Razafimahefa et son équipe entendent bien restructurer l’organisation de « Sayna » mais aussi lever des fonds pour étendre au maximum leurs activités.

Routine

Toutefois, pour elle, il est toujours important d’entretenir ses relations. C’est pourquoi, à la fin de la journée, elle se garde un instant à passer avec ses amis. « Actuellement, j’essaie de m’instaurer une routine de vie. Avoir des rituels aide beaucoup dans l’organisation. Ainsi, chaque matin, je déclare ce que je veux réaliser dans un futur proche. Ensuite, je classe mes tâches du moins au plus important, avant de briefer mon équipe. Et à la fin de la journée, je réserve un moment de détente avec mes amis. La culture de mes relations a toujours figuré parmi mes grandes priorités, et pas seulement avec mes amis », a soutenu Matina Razafimahefa. Et même avec ses étudiants, elle a établi un certain lien.

Outre cela, sa relation avec sa mère occupe également une grande place dans sa vie, ainsi que dans son entreprise. Effectivement, Nirina Rahoeliarivahy, n’est pas simplement sa maman mais aussi son associée dans « Sayna ». En plus de cela, Matina a ajouté que : « ma maman ce n’est pas simplement mon associée. Elle est aussi mon pilier et mon modèle. Je trouve qu’il est important d’avoir quelqu’un sur qui prendre exemple. Et ma mère est mon exemple ». Outre la relation mère-fille, elle croit aussi que les femmes doivent s’entraider entre elles. « Ce n’est pas toujours facile d’être une femme donc, nous devons nous supporter et nous appuyer mutuellement pour avoir le plus d’impacts positifs sur notre communauté », a-t-elle maintenu.

En tout cas, actuellement, Matina Razafimahefa est fière de représenter les couleurs de la Grande île. Bientôt, elle sera même au Canada pour une conférence organisée par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). « Cela me rend encore plus fière d’être Malagasy » conclut-elle.

Rova Randria

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff