Editorial

Par dépit

Publié le mardi, 09 mai 2017
Les dés sont jetés. La France se dote d’un nouveau Président de la République. Le jeune « banquier », candidat d’« En marche ! » Emmanuel Macron, 39 ans, décroche le jackpot par plus de 66 % des voix contre sa rivale Marine Le Pen, 33 %. Monsieur Macron, le plus jeune et le 8e Président de la Ve République, va donc investir royalement l’Elysée après une campagne mortifère au cours de laquelle il a su préserver son avantage.

Charivari

Publié le lundi, 08 mai 2017
On ne s’y retrouve plus ! De cacophonie en cohue, le pays traverse une zone de turbulence indescriptible. Décidément, l’environnement social, politique et surtout économique ne s’y prête plus. La machine de l’Etat, au-dessus duquel se trouve un régime censé le conduire, tourne dans un fonctionnement boiteux et, parfois même, conflictuel. En effet, certaines « pièces » maîtresses entrent en conflit avec d’autres. Et le Gouvernement, tout comme un moteur mal en point, rate et risque d’un moment à l’autre d’être calé.

A quel jeu ?

Publié le dimanche, 07 mai 2017
Nous sommes dans un grand stade où des compétitions entrant dans le cadre des Jeux Olympiques se déroulent. Et voilà deux couples finalistes, parmi d’autres, de danse acrobatique sont en train de faire « n’importe quoi » et les spectateurs de s’interroger : « A quel jeu se livrent-ils ? ». Ce qui étonne le plus dans leur « jeu », c’est qu’ils jouent, à peu près, une même fausse note, le même style de danse ou le même rythme hors cadre. Est-ce le jeu du trouble-fête ? Ou le jeu, uniquement, pour « déjouer » l’attention ? Autant de…

Tétanisées

Publié le vendredi, 05 mai 2017
En ce début du cinquième mois de l’année, le mois de mai que l’on appelle « mois des muguets », cette fleur glamour des tourtereaux, pour les uns, mais également « mois de la surchauffe » pour les autres, malgré que l’hiver pointe son nez. Effectivement, en ces temps-ci, la tension monte d’un cran. La température grimpe, non pas, pour des raisons dues à une maladie, le « tétanos » socio-politique risquant de neutraliser les sujets victimes.

Le riz, l’éternel...

Publié le jeudi, 04 mai 2017
Le riz, l’aliment de base par excellence de la majorité écrasante, sinon la totalité, des Malagasy qui se respectent, et cela, depuis les origines jusqu’à nos jours, donnait du fil à retordre à tous les régimes qui s’étaient succédé dans le pays. La croissance démographique qui va plus vite que la production agricole,

Des précisions… !

Publié le mercredi, 03 mai 2017
Le torchon brûle entre le ministère de l’Education nationale (Men) et l’association « Firaisan’ny silamo malagasy » (Fsm). En cause, la décision des responsables dudit département, par la voix de son ministre, Paul Rabary, de suspendre l’autorisation d’ouverture de quelques « écoles coraniques », et ce, pour des raisons que ce département juge nécessaires en concordance avec la loi en vigueur dans le pays. Une décision qui provoqua le tollé général des musulmans regroupés au sein de la Fsm. 

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff