Publié dans Editorial

Arrêt… cardiaque !

Publié le jeudi, 24 novembre 2016

Le cœur du pays cesse de battre, du moins, momentanément. Le temps d’un Sommet, d’une semaine, toutes les activités sont stoppées, tout au moins, au ralenti. Le brouhaha quotidien des Malagasy, sommé de se taire ! Tel un réalisateur d’ordonner, d’un ton ferme,  « silence, on tourne » ! Un silence radio étrange ! Et Dieu sait si après cet « arrêt », le pauvre cœur va reprendre.

Déjà, bien avant ce grand rendez-vous, ses battements sont anormaux. De l’avis des « médecins », il souffre d’insuffisances chroniques. Le pays est trop mal en point ! Victime d’une pathologie pluridimensionnelle, il agonise. Et voilà, on l’empêche de crier au secours. Plus précisément, on interdit à ses sympathisants d’évoquer, sur la place publique, le mal qui le ronge, tout simplement parce qu’il y a des « invités… de marque » qui passent. Les responsables censés veiller à ses soins, au lieu de faire le nécessaire, lui enjoignent l’ordre de se taire et l’isolent dans sa chambre. Alors, des voix discordantes, ou plutôt concordantes s’élèvent. Des cris sporadiques montent au créneau. Effectivement, des voix se font entendre à qui veulent… l’entendre, et ce, pour dénoncer avec la plus grande ténacité certaines irrégularités qu’elles jugent intolérables et inadmissibles. Des levées de boucliers face aux aberrations des tenants du pouvoir dans le cadre de ce Sommet de la… controverse et qui ne comptent point baisser d’intensité. En effet, il est pratiquement difficile de ne pas crier scandale devant certaines pratiques du régime. Entre autres, l’opacité voulue dans la gestion financière de ce Sommet en amont et durant la « fête ». Les contribuables ont été mis à l’écart des tenants et aboutissants du budget relatif à cet évènement. Fallait-il rappeler que la transparence est de rigueur dans ce genre d’entreprise. Combien, exactement, coûtent tous les travaux effectués ? Il faudrait étaler au grand public les détails des dépenses engagées. Une obligation de devoir à laquelle le Chef de l’Etat et le Gouvernement ne pourront, aucunement, se défiler. Il s’agit de gérer l’argent du peuple. A moins que toutes les dépenses sortent de leurs propres poches. Ce qui relève de l’impossible bien qu’ils aient probablement les gros moyens à leurs propres dispositions. Ce sont toujours les contribuables qui casqueront un jour d’une manière ou d’une autre. Ainsi, quand les dirigeants se livraient à des cachoteries déplacées, de cette manière, on ne peut que s’insurger devant de tels manquements. Tout le monde, les citoyens de ce pays, a le droit de savoir  « combien » et d’ « où » viennent les fonds utilisés ? Mettre les « payeurs » devant le fait accompli n’est pas digne d’un leader crédible et… sérieux. L’initiative du Premier ministre de faire rendre compte l’état de toute la somme globale engagée, avec les détails s’il vous plait, auprès de la Nation après le Sommet traduit un manque criant de respect dû à son « supérieur hiérarchique »,  à savoir, le peuple. Ainsi, les principales activités du pays sont aux arrêts. Le temps que le pays accueille la rencontre au sommet des Chefs d’Etat des pays évoluant dans la sphère de la Francophonie. Un rendez-vous que les décideurs tiennent, mordicus, à héberger. Une semaine durant laquelle le cœur de la Nation cesse de battre.

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Gendarmerie nationale - « Plus jamais de gabegie »
  • Remaniement éventuel - Quel avenir pour le ministre Jean-Jacques Rabenirina ?
  • Régime Rajaonarimampianina - Le remaniement se précise
  • Ville d’Ambatondrazaka - Montée inquiétante de l’insécurité
  • Mandat de dépôt d’Augustin Andriamananoro - Des associations montent au créneau
  • Etat de droit et démocratie - Les juges de la Hcc à l’heure de la remise en question
  • Hery Rajaonarimampianina - Opération de séduction auprès de l’Armée
  • Miandrivazo - Des militaires sèment la terreur à Itondy
  • Assaut contre la radio Jupiter d’Ilakaka - L’Etat voyou dévoile son vrai visage
  • Entourage de Rajaonarimampianina - Sur les traces des pires colons à Madagascar

Editorial

  • Incertain
    Le représentant résident du Fonds monétaire international (Fmi) à Madagascar, Patrick Imam, dans une interview accordée à un quotidien de la place, tenait à affirmer tout haut que Madagascar devrait consentir des gros efforts s’il compte obtenir, un jour, un décaissement. En effet, si la confiance semblait revenir à Paris, lors de la Conférence des bailleurs et investisseurs (Cbi), où Madagascar décrochait un record de financements, jamais atteint des régimes précédents, à hauteur de 10,2 milliards de dollars dont 6,4 milliards de dollars d’aide publique au développement (Apd), il va falloir le transformer en actes concrets. Il faut bien qu’on se le dise, ce que monsieur Imam l’avait signifié d’ailleurs, qu’il ne s’agissait que d’une… promesse, à la rigueur, des engagements dont l’effectivité dépend essentiellement du résultat des efforts que Madagascar devrait pratiquement déployer.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff