Publié dans Editorial

Quel culot !

Publié le vendredi, 09 décembre 2016

A quel pays appartenons-nous ? Sous quelle République ? Est-ce la bananière ? Les faits et gestes de nos hommes politiques nous font jaser au point de nous rendre idiots. Tellement, ils font n’importe quoi que, nous, les pauvres citoyens, nous ne savons plus où cogner la tête.


Le Parlement siège, en ce moment, en pleine session ordinaire, la deuxième et la dernière de l’année, dont l’ordre du jour, de base, consiste dans l’adoption de la Loi de Finances initiale (Lfi) 2017. Le Gouvernement fait la navette entre Tsimbazaza à Anosikely. Un va-et-vient que d’aucuns, les citoyens lambda, jugent tout compte fait banal. Jusque-là, on n’a pas eu droit à de vrais débats ayant des liens directs aux intérêts supérieurs de la Nation. Le Parlement, les deux Chambres, censé être le temple de la démocratie où doivent être discutés les grands enjeux des intérêts nationaux, se rabaisse à l’allure des petites séances de conseils municipaux ruraux à travers lesquelles on ne débat que des questions relatives aux problèmes des circonscriptions communales ou au maximum des Districts. Au grand plaisir, d’ailleurs, des membres du Gouvernement dans la mesure où ils ne voient pas confronter à de grands débats complexes ou difficiles des affaires nationales. Les députés et les sénateurs tels qu’ils se présentent ne seriont point aptes à assumer, comme il le faut, le rôle de représentants du Peuple. En fait, ils ne sont là que pour jouer aux marionnettes du régime, d’une part, et pour les petits calculs de leurs égos, de l’autre. Bien sûr, il existe une frange d’élus, surtout à Tsimabazaza, qui tente de redorer le blason des parlementaires aux yeux de l’opinion, mais leurs actes ne font pas le poids.


Mis à part les enfantillages politiques et les bisbilles de nos valeureux représentants au Parlement, les simples citoyens ainsi que les observateurs s’offusquent de leurs conduites effrontées. En effet, les députés et les sénateurs n’éprouvent le moindre scrupule de réclamer des avantages trop exorbitants dans l’exercice de leurs fonctions. Ils ne font aucunement grand cas de la misère intenable des concitoyens, les contribuables, en osant dicter à l’Exécutif, dans le cadre de l’adoption de la loi de Finances, leurs caprices. Ou des véhicules tout-terrain ! Ou des crédits en carburant sans commune mesure avec les besoins réels ! Décidément, on plane quelque part dans la lune !


Mais le clou des sornettes fut atteint lorsqu’un « éminent » membre de la Chambre haute, un vice-
président en l’occurrence, a le toupet de réclamer, de la manière la plus officielle la tête d’une personnalité aux Hauts emplois de l’Etat, sinon d’un grand commis de la République. Quel culot ! Vraiment, du n’importe quoi ! Il ne reste plus qu’à attendre de leur part qu’ils exigent qu’on les élève à la dignité et au grade de « Docteurs honoris causa » d’une quelconque université de la République de Gondwana.


Que le Président Hery Rajaonarimampianina sache que ces milliards de dollars promis risquent de partir en fumée si au cas où il viendrait à perdre cette bataille contre la corruption et la lutte contre toutes les formes de malversations financières. Déjà, d’après le principal responsable, cible de l’indélicat sénateur, la lutte accuse un net recul.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Jeter de l’argent par la fenêtre - Une nouvelle récidive du régime ce samedi
  • Andry Rajoelina au forum de l'IEM - « Remplacer le fatalisme par l'optimisme »
  • Atteinte à la sûreté de l’Etat - Rasoamaromaka sort libre de son audition
  • Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Plus de 2000 participants au forum international
  • Condamnation de l'écologiste Raleva - Un « chef d'accusation ridicule », selon Amnesty international
  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar

La Une

Editorial

  • Les incorruptibles
    Brian De Palma, le célèbre réalisateur américain, mit jour en 1987, le légendaire film « The untouchables » et adapté sur l'écran français « Les incorruptibles ». Interprété sur le plateau par des acteurs mythiques tels, entre autres, Kevin Costner, Sean Connery ou Robert De Niro, Andy Garcia, le film rencontra un immense succès à travers le monde. En gros, c'est l'histoire de la traque du…charismatique mafieux « Al Capone » durant les années trente, à Chicago. Pour venir à bout de sa mission, l'agent Eliot Ness (Kevin Costner), dut recourir au service des hommes répondant aux critères  de sa trempe, à savoir, intraitables et surtout  incorruptibles (untouchables).

A bout portant

AutoDiff