Publié dans Editorial

Incertain

Publié le vendredi, 16 décembre 2016

Le représentant résident du Fonds monétaire international (Fmi) à Madagascar, Patrick Imam, dans une interview accordée à un quotidien de la place, tenait à affirmer tout haut que Madagascar devrait consentir des gros efforts s’il compte obtenir, un jour, un décaissement. En effet, si la confiance semblait revenir à Paris, lors de la Conférence des bailleurs et investisseurs (Cbi), où Madagascar décrochait un record de financements, jamais atteint des régimes précédents, à hauteur de 10,2 milliards de dollars dont 6,4 milliards de dollars d’aide publique au développement (Apd), il va falloir le transformer en actes concrets. Il faut bien qu’on se le dise, ce que monsieur Imam l’avait signifié d’ailleurs, qu’il ne s’agissait que d’une… promesse, à la rigueur, des engagements dont l’effectivité dépend essentiellement du résultat des efforts que Madagascar devrait pratiquement déployer.


Pour ne pas se tromper, il fallait faire la part des choses. Il existe une différence nette entre le soutien politique de la communauté internationale (CI) à l’endroit d’un régime donné, en général, avec celui de l’accord de décaissement des bailleurs, en particulier. Il y a tout un fossé ! Si la CI, sous l’égide d’une grande puissance ayant des liens historiques avec un ou des pays concernés, se montrait consentante, parfois même complice, en fermant les yeux sur les dérives des dirigeants en place, les investisseurs, de leur côté, se montrent plus stricts, tatillons et sévères. Pour les « capitalistes » ou les diverses institutions financières, les œuvres de bienfaisance sont une chose et les placements de capitaux en sont une autre.


Le Fmi, par la voix de son représentant résident, persiste à rappeler l’esprit qui motive son intervention. Soulignons que l’« exploit de Paris » a pu être rendu possible grâce au feu vert de cette institution de Bretton Woods, une instance incontournable, surtout, pour les Apd. Fidèle à son principe, le Fmi dicte des préalables avant tout décaissement. En fait, trois axes principaux résument les conditionnalités implacables des bailleurs et investisseurs.


D’abord, la stabilité politique. C’est un passage obligé pour tout décaissement effectif. Un fait qui requiert, de la part des titulaires du pouvoir d’Etat, une attention toute particulière et une entière responsabilité. Une stabilité en totale symbiose avec l’apaisement exige des mesures politiques propres à aboutir vers une situation de sérénité et de concordance nationale. Seuls les tenants du régime seraient, à même, de créer cette atmosphère de paix. Les barons qui nous gouvernent se trompent s’ils comptent asseoir une stabilité par la force. La politique de gourdins ou des lacrymogènes et le recours systématique aux arrestations sauvages aboutiront nulle part. La paix par la terreur n’est que factice ! D’ailleurs, les bailleurs de fonds savent bien distinguer le grain de l’ivraie.


Le deuxième axe s’oriente vers les efforts pour améliorer le niveau de vie de la population. Le Gouvernement, par ses propres moyens, doit faire preuve de compétence ou de sacrifice pour alléger les dures conditions d’existence des citoyens.


Enfin, les tenants du régime doivent mettre en place des mesures d’accompagnement pour maintenir la
stabilité macroéconomique du pays. Des mesures qui exigent des capacités techniques appropriées.


A la lumière de toutes ces conditionnalités imposées, les observateurs ne peuvent pas ne pas s’inquiéter du sort réservé au décaissement qui, selon eux, risque fort d’être incertain.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff