Publié dans Editorial

La gent féminine

Publié le jeudi, 09 mars 2017

L’Organisation des Nations unies (Onu) consacre la date du 8 mars pour une « Journée internationale de la femme ». Journée où dirigeants politiques,  Société civile, formations politiques,  organisations syndicales, communautés de base et chaque citoyen du monde entier sont conviés à réfléchir sur les conditions dans lesquelles les femmes évoluent pour y apporter les solutions adéquates.

La prise de conscience des conditions d’existence de la femme prenait forme déjà dès le début du siècle dernier. Vers 1910, on commençait à s’intéresser sur ce que devrait être la condition décente des femmes : la naissance du mouvement féministe. C’est à partir des années 70 que l’Onu prenait la chose en main et concoctait une Résolution consacrant une « journée » pour une prise de conscience mondiale. En France, il fallait attendre 1982 pour que les choses sérieuses commencent.
A Madagascar, durant la deuxième République, la femme étant l’un des 5 piliers de la Révolution, la Journée consacrée en sa faveur avait un caractère particulier sans que les conditions s’améliorent pour autant. La femme subit dans son âme, dans la chair et dans le sang tous les vices de l’injustice sociale. Elle est la principale victime des inégalités vécues ici-bas. Dans tous les continents, spécialement en Afrique et en Asie, la femme vit dans des conditions insupportables. Des mauvais traitements, souvent conjugaux aux harcèlements de toutes les couleurs en passant par les viols presque systématiques, les femmes considérées comme de vils objets paient au prix fort les erreurs des… hommes. Les sempiternels conflits armés détruisent littéralement leurs vies.

Pourtant, la femme en tant que membre à part entière de la communauté de base et mère de famille constitue l’élément-clé dans tous les efforts au développement.
En Afrique, l’implication de la femme est fortement recommandée surtout dans la mise en œuvre de tout projet visant à améliorer le quotidien. Le rôle central qu’elle tient au sein du noyau familial et dans la structure sociétale est indispensable sinon irremplaçable. Bref, la femme constitue la clef de voûte à toute tentative de progrès et d’épanouissement du pays tout entier.  La consécration d’une Journée pour la prise de conscience internationale au profit de la femme n’est pas seulement légitime mais aussi un devoir citoyen envers l’humanité.

La gent féminine, cette « espèce humaine» de valeur… inestimable, n’entend plus se laisser marcher dessus. Elle se dit déterminée à combattre toutes formes d’iniquité sociale et à se lever contre tous les traitements ou sévices inhumains dont elle subit depuis la nuit des temps. Elle est prête à défendre ses droits. Le mouvement féministe prend de l’ampleur. Les femmes s’investissent de plus en plus dans tous les domaines et secteurs longtemps considérés comme l’apanage des hommes.
La gent féminine milite pour la révolution des mentalités. Entre autres, le concept de « meuble fragile » (« fanaka malemy ») est révolu. Elle perce dans les études et les formations supérieures jusqu’à atteindre ses ambitions, parfois, aussi bien que la gent masculine.

Partout dans le monde, les choses commencent à bouger. Des pays comme l’Arabie Saoudite, longtemps très inaccessible au mouvement féministe, s’ouvre timidement. Une femme vient d’être nommée à la tête d’une grande banque nationale. Un pays comme Madagascar où la population féminine domine, numériquement parlant, a intérêt à prendre en considération le rééquilibrage des droits et des devoirs au profit de la gent féminine.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff