Publié dans Editorial

L’oiseau rare !

Publié le lundi, 13 mars 2017

En vue de l’élection présidentielle de 2018, le camp de l’opposition a fait savoir qu’il présentera une candidature unique. Pour une grande nouvelle, c’en est vraiment une ! En effet, depuis que Madagascar recouvre de nouveau son indépendance en 1960, le pays n’a jamais pu voir une opposition capable d’aligner un candidat unique à toutes les élections pour la magistrature suprême du pays face à la formation majoritaire au pouvoir. Sans nul doute qu’il s’agit d’une grande première à Madagascar. Soit dit en passant que la Grande île n’a jamais pu réaliser à son compte une alternance démocratique acceptée et reconnue par tous. Espérons que cette fois-ci, ce sera la bonne !

En tout cas, même si au final le camp adverse viendrait à rater le coche, se sera toujours une grande première expérience. Dans le continent, en Afrique, les partis politiques notamment ceux évoluant dans les rangs de l’opposition s’entredéchiraient et partaient toujours en ordre dispersé pour affronter le parti au pouvoir. Et même dans les pays dits « avancés », en particulier en Europe occidentale, le cas d’une candidature unique dans l’opposition ne figure pas, souvent, dans la pratique. En France, pays où se déroulera le premier tour du scrutin présidentiel en avril prochain, la Gauche au pouvoir et la Droite dans l’opposition peinent à construire chacune une synergie. La Gauche, minée par une division et plombée par un mandat mi-figue mi-raisin de son mentor, François Hollande, éprouve la plus grande difficulté au monde à fédérer autour d’une candidature unique. La Droite, boostée au départ par les faveurs des sondages et malgré qu’elle a pu présenter un pion unique,  ne parvient pas à convaincre l’opinion et même dans son propre camp dans la mesure où la figure de proue, François Fillon, s’enlise dans des ennuis de Justice. Les affaires d’emplois fictifs dont il est le principal responsable et visant sa petite famille risqueraient de l’emporter et l’écarter pour de bon vers la touche. A Gauche ou à Droite, le cafouillage total, tandis qu’en face, le Front national perce.

Ainsi, pour en revenir à notre cas, le fait que l’opposition ait pris la décision d’affronter ensemble le parti au pouvoir aux élections de 2018 de façon organisée et cohérente constitue déjà un point positif. Mais attention, rien n’est gagné d’avance ! Les Andry Nirina Rajoelina, Sylvain Rabetsaroana, Hajo Andrianainarivelo, Omer Beriziky, Camille Vital, Robinson et d’autres devraient témoigner leur capacité à faire taire leurs ambitions personnelles ou partisanes et placer l’intérêt supérieur de la Nation bien au-delà  de toutes les considérations. Un défi de taille à relever ! 

Une grande inconnue taraude les méninges des uns et des autres : qui sera l’heureux choisi pour porter haut l’étendard de l’opposition ? Tout le monde aimerait pouvoir identifier cet « oiseau rare », ce « gisa mainty » ( le jars au plumage noir). Une personnalité survolant au-dessus de tout soupçon de malversations. Car il ne faut pas offrir aux caciques du pouvoir l’opportunité de harceler au point de la disqualifier. Ce sera un homme ou une femme de nature à rassembler tout ce qui se revendique du camp de l’opposition autour d’un programme bien structuré et réalisable. En effet, une personnalité, peut-être, difficile à dénicher, mais, pas introuvable.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff