Publié dans Editorial

Bravo !

Publié le mardi, 14 mars 2017

Après de longs moments de tergiversation, pour ne pas dire de « léthargie profonde et maladive », Iavoloha se décida enfin de limoger l’équipe défaillante au sommet de la Jirama. Il a fallu un puissant cyclone de la taille, ou presque, d’un Enawo pour venir à bout au balayage, ou plutôt à la décapitation de cette Société nationale.

Un « étêtage » rendu nécessaire ou obligatoire vu sa médiocre prestation et étant donné qu’elle s’occupe du secteur stratégique dont dépend du bon déroulement de la vie quotidienne des citoyens usagers et du sort des unités, petites et grandes, de productions industrielles, bases de l’économie nationale. Certes, la superficie productive de la Jirama ne sert que les intérêts des 15 % de la population, mais, son domaine d’activité alimente, énergétiquement, l’essentiel des grands secteurs de l’économie du pays.
Ainsi, une nouvelle équipe dirigeante a été mise sur pied sous la direction de Lantoniaina Rasoloelison en tant qu’administrateur délégué (Ad). A ce poste, il cumule les responsabilités dévolues au président du Conseil d’administration (Pca) et celles assignées au directeur général (Dg) de la Société, tout juste le temps d’une mission précise et pour une durée limitée. Lantoniaina Rasoloelison n’a pas du temps à perdre. Il doit simultanément monter la nouvelle structure de la Direction générale et tenter de mettre sur les rails la Société. Une mission titanesque ! Du coup, monsieur l’administrateur délégué donna un coup de fouet pour… un nouveau souffle et engrangea la vitesse supérieure. Il faut que la Jirama cesse de rendre la vie dure à ses abonnés. Les délestages doivent, désormais, faire partie du passé.

Depuis que la nouvelle équipe, intérimaire, ait pris les choses en main, les usagers ont pu constater une relative amélioration des services rendus. Un éclairci gâché momentanément, espérons-le, par le passage du cyclone Enawo.  Le style managérial de type Rasoloelison tranche avec celui de l’ancienne équipe d’Ambohijatovo, et même par rapport à celui de l’ensemble du Gouvernement, dans la mesure où il priorise le concept de la transparence dans la gestion de la Société. L’Ad et son équipe, fraîchement installés, s’adressent au média, chaque fois que le besoin se fait sentir. En fait, selon certains analystes, il s’agit pour Rasoloelison d’un sacerdoce, sinon d’une vocation au service des contribuables. Apparemment, ce management repose sur trois piliers distincts.

D’abord, le souci de rendre service à d’autres. Un service qui consiste surtout à mettre au courant, au fur et à mesure, les usagers concernant la situation exacte de la Société. Un devoir de vouloir informer, à temps, les « vrais patrons », les abonnés que l’on apprécie à leur juste valeur. Autrement, c’est un culte voué à la transparence.  Ensuite, la nouvelle équipe semble mettre en relief un nouvel état d’esprit dans le sens de la prise de conscience des responsabilités auxquelles on s’est engagé. On veut témoigner, ainsi, un sentiment de redevabilité vis-à-vis de la Nation. Enfin, l’Ad et son équipe donnent l’apparence de cultiver un reflexe basé sur la célérité d’action. Ils ne manquent pas de convoquer la presse pour lui faire part des opérations mises en œuvre, immédiatement après l’incident, afin de maîtriser la situation.
Bravo monsieur l’Ad ! Maintenant, le Chef de l’Etat dispose, sous les yeux, un futur ministre de l’Energie.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Corruption dans l’administration - Un maire et un géomètre sous détention provisoire
  • Destitution de Robert Mugabe - Leçon à retenir pour les Présidents amoureux !
  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens

Editorial

  • De façon draconienne !
     Les grands pays occidentaux, au tout début de l’industrialisation et du grand boum des activités industrielles entre les 18e et 19e siècles, furent des pays d’accueil. En effet, la révolution industrielle qui exigeait pour une pleine expansion et une rentabilité rapide demandait une main-d’œuvre abondante et …moins chère. Les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, à titre d’exemple, recevaient à bras ouverts les migrants arrivés sur leurs sols.

A bout portant

AutoDiff