Publié dans Editorial

A bas… !

Publié le jeudi, 16 mars 2017

A bas les coups bas ! En temps de guerre, pour abattre vite l’ennemi, chaque partie belligérante  affute ses armes et attaque par tous les moyens le camp adverse. Des fois, toutes les stratégies sont permises. A la guerre, comme à la guerre ! Il existe, pourtant, un « code de conduite » international réglementant la guerre. Un code que chaque camp doit respecter à la lettre. Il y a des limites qu’on ne devrait pas dépasser, comme quoi, les abus mettraient en position délicate le ou les fautifs auprès de la Cour internationale de Justice (Cij). Ils seraient passibles de crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, sinon de génocides.

Dans la pratique de la boxe, pour terrasser l’adversaire au plus vite, on peut user de toutes les tactiques. Toutefois, tous les coups ne sont pas permis, notamment, les coups bas ! En France, à l’approche du scrutin présidentiel d’avril prochain et en pleine campagne électorale, la Droite subit les coups bas directs ou indirects du camp adverse. François Fillon, le candidat plébiscité à la primaire de la Droite, mis en examen pour des emplois fictifs dont sa propre épouse et ses enfants se voient impliqués, encourt un risque gros. Apparemment, il serait difficile pour lui de se débarrasser de cette sale affaire. Au Sénégal, le Président Macky Sall sème la pagaille. Le maire de Dakar, Khalifa Sall a été interpellé pour des délits de « détournement de fonds publics » commis entre 2011-2015 et doit comparaître devant le juge. Il fut l’un des barons de la majorité présidentielle. Seulement, ayant claqué la porte, il s’était positionné en alternance crédible pour la prochaine élection. Et ceci explique cela !

Dans le pays, la frénésie des élections de 2018 affecte déjà les états-majors politiques. Le parti, au pouvoir, entreprend à couper l’herbe sous les pieds d’éventuels et potentiels adversaires et devance pudiquement tout le monde à la course. En même temps, il brandit la menace de faire appliquer en 2018 le principe du « ni… ni ». Cette vieille trappe, à la sortie de la Transition, servant à neutraliser les personnes « à craindre ». Dans d’autres cas, une autre forme de coups bas ! Au premier plan des cibles, les édiles des adversaires politiques issus du Mapar. En effet, les maires élus sous la couleur « Orange » dans les ex-Chefs-lieux de provinces comme Antsiranana, Mahajanga et Toamasina se trouvent dans le viseur des tenants du régime et risquent de passer à la trappe. On saute sur toutes les occasions pour les coincer.

Dans le camp adverse, on ne se laisse pas faire. Les dirigeants politiques rejettent, en bloc, tout concept reposant sur le principe du « ni… ni » pour 2018. Fort du soutien de la Communauté internationale, ils multiplient les attaques. Marc Ravalomanana, un candidat déclaré pour 2018, ancien Chef d’Etat, défie le régime. De même, les leaders du parti d’Andry Rajoelina, ancien Président de la Transition, occupent le terrain et font passer le message que toute tentative d’écarter leur poulain pour 2018 serait une déclaration de guerre, une atteinte à la démocratie. La levée de boucliers de l’opposition signe le début d’une bataille sans détours. Malheur  à ceux qui se feront avoir ! Gare à ceux qui compteraient tricher !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff