Publié dans Editorial

A bas… !

Publié le jeudi, 16 mars 2017

A bas les coups bas ! En temps de guerre, pour abattre vite l’ennemi, chaque partie belligérante  affute ses armes et attaque par tous les moyens le camp adverse. Des fois, toutes les stratégies sont permises. A la guerre, comme à la guerre ! Il existe, pourtant, un « code de conduite » international réglementant la guerre. Un code que chaque camp doit respecter à la lettre. Il y a des limites qu’on ne devrait pas dépasser, comme quoi, les abus mettraient en position délicate le ou les fautifs auprès de la Cour internationale de Justice (Cij). Ils seraient passibles de crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, sinon de génocides.

Dans la pratique de la boxe, pour terrasser l’adversaire au plus vite, on peut user de toutes les tactiques. Toutefois, tous les coups ne sont pas permis, notamment, les coups bas ! En France, à l’approche du scrutin présidentiel d’avril prochain et en pleine campagne électorale, la Droite subit les coups bas directs ou indirects du camp adverse. François Fillon, le candidat plébiscité à la primaire de la Droite, mis en examen pour des emplois fictifs dont sa propre épouse et ses enfants se voient impliqués, encourt un risque gros. Apparemment, il serait difficile pour lui de se débarrasser de cette sale affaire. Au Sénégal, le Président Macky Sall sème la pagaille. Le maire de Dakar, Khalifa Sall a été interpellé pour des délits de « détournement de fonds publics » commis entre 2011-2015 et doit comparaître devant le juge. Il fut l’un des barons de la majorité présidentielle. Seulement, ayant claqué la porte, il s’était positionné en alternance crédible pour la prochaine élection. Et ceci explique cela !

Dans le pays, la frénésie des élections de 2018 affecte déjà les états-majors politiques. Le parti, au pouvoir, entreprend à couper l’herbe sous les pieds d’éventuels et potentiels adversaires et devance pudiquement tout le monde à la course. En même temps, il brandit la menace de faire appliquer en 2018 le principe du « ni… ni ». Cette vieille trappe, à la sortie de la Transition, servant à neutraliser les personnes « à craindre ». Dans d’autres cas, une autre forme de coups bas ! Au premier plan des cibles, les édiles des adversaires politiques issus du Mapar. En effet, les maires élus sous la couleur « Orange » dans les ex-Chefs-lieux de provinces comme Antsiranana, Mahajanga et Toamasina se trouvent dans le viseur des tenants du régime et risquent de passer à la trappe. On saute sur toutes les occasions pour les coincer.

Dans le camp adverse, on ne se laisse pas faire. Les dirigeants politiques rejettent, en bloc, tout concept reposant sur le principe du « ni… ni » pour 2018. Fort du soutien de la Communauté internationale, ils multiplient les attaques. Marc Ravalomanana, un candidat déclaré pour 2018, ancien Chef d’Etat, défie le régime. De même, les leaders du parti d’Andry Rajoelina, ancien Président de la Transition, occupent le terrain et font passer le message que toute tentative d’écarter leur poulain pour 2018 serait une déclaration de guerre, une atteinte à la démocratie. La levée de boucliers de l’opposition signe le début d’une bataille sans détours. Malheur  à ceux qui se feront avoir ! Gare à ceux qui compteraient tricher !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Affaire Claudine Razaimamonjy - Le Premier ministre jubile sur son fauteuil
  • Syndicat des magistrats de Madagascar - Des membres menacés !
  • Affaire Razaimamonjy - La dérobade de Hery Rajaonarimampianina
  • Toilettage du Gouvernement - De la mascarade, rien que de la mascarade
  • Syndicat des magistrats de Madagascar - Une Age sur fond de dossiers chauds
  • Régime Hery Rajaonarimampianina - Une révolution de palais avortée
  • Nivo Ratiarison / Claudine Razaimamonjy - Même cause, effets différents ?
  • Dossiers Claudine R. - Les plus graves restent à venir
  • Chaînes publiques Rnm-Tvm - La pauvreté matérielle alimente les contraintes vicieuses
  • Retour à Madagascar - Riana Andriamandavy VII encourt des poursuites judiciaires

La Une

Editorial

  • De l’hébétude !
    La semaine s’achève. La quinzaine, à partir du dimanche 9 avril, date à laquelle la célèbre conseillère fut interpellée, se referme. Une quinzaine agitée et tumultueuse, très riche en rebondissements mais qui se termine en queue de poisson, comme si de rien n’était ! Alors qu’on s’attendait à une reprise en main sérieuse et radicale des affaires nationales par celui à qui revient la charge suprême de la destinée du pays, on n’a eu droit qu’à un coup d’éclat.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff