Publié dans Editorial

Lutte ou purge ?

Publié le vendredi, 17 mars 2017

Park Geun-Hye, la Présidente de la République de la Corée du Sud, quitta définitivement le pouvoir. Le fait est que, la Cour constitutionnelle confirmait, le vendredi 10 mars, sa déchéance. Une ironie du sort très mal à digérer du fait que la fatidique date coïncidait, à deux jours près, avec la « Journée internationale de la femme ». Impliquée  dans une vaste affaire de corruption et détournements de deniers publics en complicité avec son amie de longue date, Choi Soon-Sil, elle a dû se plier et abandonner la…

« Maison Bleue ». Park Guen, désormais l’ex-Présidente de la République, est le premier Chef de l’Etat coréen élu démocratiquement à subir légalement le processus de destitution. Rappel des faits, les médias coréens firent état, en 2015, d’un scandale de malversations financières en pointant du doigt Choi Soon-Sil comme étant la principale instigatrice. Il se trouvait que la Dame, en question, est une amie de « longue date » à Madame la Présidente. Immédiatement, l’opinion demanda des comptes et la rue réclama, finalement, son départ. Un an auparavant, Dilma Roussef, Présidente du Brésil avait déjà subi le même sort. Impliquée dans une vaste affaire de corruption, qualifiée même de « corruption d’Etat », en liaison avec le tout puissant conglomérat Pétrobras, la Présidente a dû céder la place. Son « Mentor » Da Silva de Lula, le charismatique ancien Président du Brésil ainsi que le puissant parti des Travailleurs (PT) n’avaient pu rien faire. Les Brésiliens, descendus dans la rue, dénoncèrent l’indélicatesse du Chef de l’Etat et réclamèrent sa… tête.

Le Brésil ou la Corée du Sud, deux Etats où la démocratie joue réellement la « partition », s’engagent dans une lutte sans pitié contre la corruption. L’opinion galvanisée par la liberté d’expression rejette toute velléité de malversations financières. Seulement, les observateurs politiques révélaient qu’il existait quand même quelque part, en toile de fond, une tentative inavouée ou d’une allégation de règlement de comptes au sein des formations politiques brésiliennes ou coréennes. En Chine, Xi Jinping, le Président de la République, nouvellement élu en 2013, entend mener une lutte sans merci  contre la corruption qui, en fait, infecte en profondeur le grand parti d’Etat. Il traque, sans aucune complaisance, les « brebis boiteuses », et cela, jusqu’au plus haut sommet du parti d’Etat. Certains analystes y voient, en fait, une chasse aux sorcières. Il s’agit, selon eux, d’une purge en règle pour écarter les « gênants » ou les indésirables afin d’asseoir un socle permettant à Xi Jinping de pérenniser son pouvoir.

Qu’en est-il pour le cas de la Grande Ile ? D’aucuns constatent que la corruption règne en maître dans le pays. Toutes les tentatives servant à maitriser le mal sont, jusqu’à présent, vouées à l’échec. Les Partenaires techniques et financiers (PTF) ont bien voulu mettre la main là-dessus mais tous les efforts butent contre un mur en « béton armé ». Les dirigeants, en place, claironnent un semblant combat contre le fléau qui, à terme, réussit à lénifier l’ensemble de l’Administration. Ainsi, les résultats se font toujours attendre. Madagascar figure parmi les pays les plus corrompus de la planète. Il est difficile d’espérer le moindre changement dans la mesure où, les instances censées moraliser l’autorité publique se
trouvent impuissantes, sinon, paralysées.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée
  • Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital
  • Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice
  • Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles
  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives

La Une

Editorial

  • Incendiaire
    Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff