Publié dans Editorial

Quoiqu’on … !

Publié le dimanche, 19 mars 2017

Le petit « David » Ahmad , terrassa le géant  « Goliath » Issa Hayatou. Par 34 voix contre 20, il remporta haut la main l’élection au poste de président de la Confédération africaine de football  (Caf) à Addis-Abeba (Ethiopie), ce jeudi 16 mars 2017. Date historique pour le football malagasy. Une grande première pour un ressortissant du pays d’avoir eu l’honneur de pouvoir porter l’étoffe de président d’une des plus  prestigieuses instances africaines, à savoir la direction du football continental, cette discipline sportive dite « sport roi ».

Quoiqu’on dise sur le passé du tout nouveau président de la Caf. Un passé pas tellement glorieux en tant que président de la Fédération malagasy de football (Fmf), force nous est d’avouer qu’une victoire c’est une victoire. Une victoire qu’il n’a pas volée. Un exploit personnel à marquer sur son propre compte. Au départ, dès l’annonce de sa candidature, personne, du moins la grande majorité de l’opinion locale ou même au niveau du Continent, n’y croit qu’il irait remporter le scrutin ce jour-là. D’autant plus que le Camerounais Issa Hayatou, l’indéboulonnable président de la Caf durant trois décennies, disposait d’un puissant réseau où il bénéficiait d’un lobby incontournable auprès des responsables inamovibles, eux aussi, du ballon rond en Afrique. Donc, c’est une indiscutable prouesse qui, en fait, n’occulte point les prestations peu brillantes des ses quinze années passées à la tête de la Fédération nationale. En effet, le « sport roi » malagasy n’a jamais pu évoluer au-delà de l’océan Indien ou du canal de Mozambique lors des compétions officielles continentales. Un point noir que le président Ahmad ne parvenait pas, par tous les moyens, à effacer.

Quoiqu’on parle, cette prodigieuse réussite d’Addis-Abeba, entrera dans les annales du football de la Grande île. Durant la période de la « campagne électorale », les détracteurs avec lesquels prenaient part certaines presses internationales n’hésitèrent pas à soulever les allégations de corruption qui avaient éclaboussé le président, nouvellement élu, sur l’attribution de la Coupe du monde de 2022 au Qatar. Le journal britannique « Sunday Times » révélait une affaire opaque au parfum de corruption dont Ahmad serait impliqué en touchant un pactole de 30 000 à 100 000 dollars. Une accusation  sans preuve qu’il tenait à contester farouchement. De toute manière, lui aussi, le désormais prédécesseur de Ahmad à la Caf ne pouvait pas, non plus, prétendre afficher fièrement la patte blanche dans sa gestion de la Confédération. Quoiqu’on véhicule, l’élection de Ahmad à la présidence de la Caf marque un tournant décisif, à la fois au football national, ainsi qu’à celui du Continent.

Pour le pays, les férus du ballon rond espère plus que jamais un souffle nouveau de nature à ressusciter pour de bon cette discipline qui faisait la gloire, à un certain moment, de Madagascar du temps des prestigieux Clubs du Saint-Michel ou d’« Akon’Ambatomena », etc. N’empêche, la sélection nationale ne s’est jamais qualifiée à la Coupe d’Afrique des Nations (Can).Sur le plan continental, on ose espérer que la venue de Ahmad à la tête de la Caf sera une opportunité pour le football africain afin qu’il hisse, finalement, sur les hauteurs du football mondial. Vivement, un jour, une Coupe d’Afrique des Nations pour les Barea et une autre, celle du Monde, pour une équipe africaine. Un rêve fou, dites-vous ! Qui vivra, verra !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sécurisation de la fête de l’indépendance - Des dispositifs exceptionnellement costauds pour Antananarivo
  • Jusqu’où ira la similitude ? - La Claudine R. sud-coréenne écope de 3 ans de prison
  • Visite à la prison de Manjakandriana - Le ministère de la Justice nargue les journalistes
  • Présence chinoise à Ambatomirahavavy - Risque d’un « Soamahamanina » bis
  • Code de la communication - Mal conçu, mal voté et mal appliqué
  • Free News - Deux journalistes convoqués devant la Brigade criminelle
  • Fonction parlementaire - Aucun diplôme exigé
  • Affaire Claudine Razaimamonjy - L’Etat victime de ses propres turpitudes
  • Affaire Alain - Ramaroson L’acharnement persiste
  • Alain Ramaroson - Une lenteur judiciaire voulue

La Une

Editorial

  • Allons-y !
    A la veille du grand jour, le 26 juin, date à laquelle Madagascar recouvra, de nouveau, son indépendance, l’effervescence de la fête bouillonne le pays. En effet, le 26 juin 1960, la Grande île redevient pays souverain après avoir été soumise sous le joug de la colonisation pendant plus de 60 ans. Par l’arrêté du 6 août 1896, avec la bénédiction  de l’Assemblée nationale française, malgré le vote  « Non » des 77 députés, Madagascar devint  colonie française.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff