Publié dans Editorial

Illogiques

Publié le dimanche, 18 juin 2017

 Jusqu’où ce régime, mal aimé ou maudit,  pourrait-il errer ? Engagé dans une direction qui n’aboutit à… rien, directe vers l’impasse, le pouvoir en place peine, très difficilement, à trouver le chemin de la réussite et végète dans la boue du bide. Illogique dans le concept de gouvernance, le régime Hvm s’entiche à imposer des mesures  inappropriées qui, à terme, ne font que rallumer le feu de la contestation et attiser le sentiment de rejet auprès de la population.

Rajaonarimampianina et sa clique dégringolent, de par ces contre-performances répétées et les récidives âneries, au plus bas étage de l’impopularité. Jamais un régime politique n’a connu un désastre pareil. Même sous l’époque intenable de la dictature rouge des années 80, le pays n’a vécu une telle catastrophe. Dans ce contexte de précarité chronique de la Finance publique, le Gouvernement trouve encore les moyens de « gratifier », en sus de ce qu’ils  perçoivent, gracieusement démesurés, les élus au Parlement. Entre autres, la révision à la hausse du fonds local de développement géré par le ou les députés eux-mêmes, l’augmentation en nombre des assistants parlementaires, la dotation indirecte des véhicules tout-terrain, flambant neufs, sans oublier les… mallettes, autant d’avantages et de privilèges indus au profit des élus dont la prestation frise le  ridicule. En effet, le taux de présence effective des parlementaires, en session ordinaire comme c’est le cas présentement, s’effrite au fil des jours. L’autre fois, quinze (15) députés, seulement, à peu près le quart des effectifs au complet, adoptent un projet de loi dont l’importance sur le plan national n’est plus à démontrer. Par ailleurs, la Loi de finances  rectificative (Lfr) a été votée à Tsimbazaza, « les yeux bandés ». Ces députés ou sénateurs qui, pour la plupart, ne sont qu’une « caisse de résonnance » de l’Exécutif, ne méritent nullement de n’importe quelle marque d’hommage ou de reconnaissance. Certains Corps des agents de l’Etat, voire les fonctionnaires en général, qui quémandent des reconsidérations de leurs conditions, salaires et avantages divers, tout juste un petit réajustement, n’obtiennent en retour que des refus systématiques. Des fins de non-recevoir qui, au final, finissent par exacerber les frondeurs, les amenant à durcir les mouvements, mais malheureusement pénalisent le bon fonctionnement de l’appareil administratif. Les douaniers tout comme les greffiers, par exemple, ne comptent guère faire une concession à leurs revendications. Eventuellement, ils consentiraient à baisser la tension, suite aux négociations sollicitées par les autorités compétentes. Cependant, ils ne jugeraient, pas du tout, utile d’abandonner la cause.  La possibilité de reprendre le travail ne signifie, aucunement, lâcher du lest. Ce n’est que partie remise. En attendant que le pouvoir central traduise en acte les engagements pris, on regagne le chemin du travail. D’autant plus que paralyser des secteurs d’activité publics comme la douane ou le palais de Justice sanctionnerait, de trop, les contribuables. Les dossiers des affaires pendantes au Tribunal risquent fort de s’entasser tandis qu’à la douane, les manques à gagner s’élèveraient à des milliards d’ariary. Des gaps, difficiles à rattraper, par les temps qui courent. La solution radicale repose sur la volonté réelle du régime de se corriger de ses propres errements. Les dirigeants de ce pays devraient se remettre,  profondément, en cause et recadrer dans l’axe les pratiques obsolètes et surtout illogiques.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée
  • Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital
  • Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice
  • Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles
  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives

La Une

Editorial

  • Incendiaire
    Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff