Publié dans Editorial

Illogiques

Publié le dimanche, 18 juin 2017

 Jusqu’où ce régime, mal aimé ou maudit,  pourrait-il errer ? Engagé dans une direction qui n’aboutit à… rien, directe vers l’impasse, le pouvoir en place peine, très difficilement, à trouver le chemin de la réussite et végète dans la boue du bide. Illogique dans le concept de gouvernance, le régime Hvm s’entiche à imposer des mesures  inappropriées qui, à terme, ne font que rallumer le feu de la contestation et attiser le sentiment de rejet auprès de la population.

Rajaonarimampianina et sa clique dégringolent, de par ces contre-performances répétées et les récidives âneries, au plus bas étage de l’impopularité. Jamais un régime politique n’a connu un désastre pareil. Même sous l’époque intenable de la dictature rouge des années 80, le pays n’a vécu une telle catastrophe. Dans ce contexte de précarité chronique de la Finance publique, le Gouvernement trouve encore les moyens de « gratifier », en sus de ce qu’ils  perçoivent, gracieusement démesurés, les élus au Parlement. Entre autres, la révision à la hausse du fonds local de développement géré par le ou les députés eux-mêmes, l’augmentation en nombre des assistants parlementaires, la dotation indirecte des véhicules tout-terrain, flambant neufs, sans oublier les… mallettes, autant d’avantages et de privilèges indus au profit des élus dont la prestation frise le  ridicule. En effet, le taux de présence effective des parlementaires, en session ordinaire comme c’est le cas présentement, s’effrite au fil des jours. L’autre fois, quinze (15) députés, seulement, à peu près le quart des effectifs au complet, adoptent un projet de loi dont l’importance sur le plan national n’est plus à démontrer. Par ailleurs, la Loi de finances  rectificative (Lfr) a été votée à Tsimbazaza, « les yeux bandés ». Ces députés ou sénateurs qui, pour la plupart, ne sont qu’une « caisse de résonnance » de l’Exécutif, ne méritent nullement de n’importe quelle marque d’hommage ou de reconnaissance. Certains Corps des agents de l’Etat, voire les fonctionnaires en général, qui quémandent des reconsidérations de leurs conditions, salaires et avantages divers, tout juste un petit réajustement, n’obtiennent en retour que des refus systématiques. Des fins de non-recevoir qui, au final, finissent par exacerber les frondeurs, les amenant à durcir les mouvements, mais malheureusement pénalisent le bon fonctionnement de l’appareil administratif. Les douaniers tout comme les greffiers, par exemple, ne comptent guère faire une concession à leurs revendications. Eventuellement, ils consentiraient à baisser la tension, suite aux négociations sollicitées par les autorités compétentes. Cependant, ils ne jugeraient, pas du tout, utile d’abandonner la cause.  La possibilité de reprendre le travail ne signifie, aucunement, lâcher du lest. Ce n’est que partie remise. En attendant que le pouvoir central traduise en acte les engagements pris, on regagne le chemin du travail. D’autant plus que paralyser des secteurs d’activité publics comme la douane ou le palais de Justice sanctionnerait, de trop, les contribuables. Les dossiers des affaires pendantes au Tribunal risquent fort de s’entasser tandis qu’à la douane, les manques à gagner s’élèveraient à des milliards d’ariary. Des gaps, difficiles à rattraper, par les temps qui courent. La solution radicale repose sur la volonté réelle du régime de se corriger de ses propres errements. Les dirigeants de ce pays devraient se remettre,  profondément, en cause et recadrer dans l’axe les pratiques obsolètes et surtout illogiques.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff