Publié dans Editorial

Débordés

Publié le mardi, 11 juillet 2017

Débordés, les femmes et les hommes détenteurs du pouvoir d’Etat, cibles des attaques, voire des tirs croisés et pris de panique, ne réussissent plus à dissimuler leur énervement et se trouvent sur le bord de commettre l’irréparable. Les foyers de tension ne fléchissent point. Ils prennent, au contraire, de l’ampleur. A l’Université, le feu couve toujours. Les étudiants n’ont pas dit leur dernier mot concernant les mesures disciplinaires que les instances universitaires prendraient à l’encontre de quelques-uns d’entre eux.

Les corrections des copies du Bepc peinent à démarrer pour cause des vacations, de la session précédente, non payées. Les observateurs n’arrivent toujours pas à comprendre pourquoi les responsables, au niveau des Circonscriptions scolaires (Cisco) ou du ministère de tutelle, attendent toujours le dernier moment pour condescendre à traiter les dossiers y afférents. A en croire les dires de certains enseignants victimes à Sambava, les retards s’étaleraient sur quelques années. A Mahajanga, les Antandroy s’installant dans cette partie de l’île menacent d’observer une grève. En cause, victimes d’actes de banditisme et de divers comportement injustes, ils se sentent indésirables et ne comptent pas se laisser faire. Au ministère de la Justice, les choses sont loin de s’arranger, notamment chez les Magistrats. Une vive tension reste toujours palpable. La politique de la sourde oreille que les hauts dirigeants du pays appliquent ne contribue pas à apaiser la surchauffe. En tout cas, le ministre de tutelle, Charles Andriamiseza, ne cherche pas à décanter l’atmosphère. Au contraire, il attise et entretient le feu. Le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) n’entendent, nullement, à baisser les bras. Selon les magistrats syndiqués, il n’est point question de rejoindre le travail sans avoir la garantie ferme de la part du Chef de l’Etat, étant lui-même de fait le président du Conseil supérieur de la Magistrature, de préserver l’indépendance totale de la Justice. Les doléances pourraient paraître irréalistes pour certains, mais ces femmes et hommes en toges arrivent à un stade où ils ne supportent plus d’être les « valets » des femmes et des hommes de l’Exécutif. D’ailleurs, ils ne réclament que le respect de la Constitution qui prévoit et défend la séparation des pouvoirs au niveau des Institutions de la République. L’itinéraire vers l’instauration de l’Etat de droit passe, obligatoirement et nécessairement, par là. Mais monsieur le Président de la République ne veut rien en savoir. Et il continue d’ignorer ! Résultat : les magistrats débraient de nouveau. C’est la panique du côté des justiciables, eux qui, en dernier ressort, subissent les effets pervers comme étant les éternelles victimes des inepties du régime. Au-delà de ces irréductibles foyers de tension, le régime doit simultanément faire face aux recrudescences alarmantes des attaques à main armée faisant de nombreuses victimes à travers tout le pays. Ces derniers temps, les bandits sans foi ni loi s’acharnent, en particulier, sur les premiers magistrats des Communes rurales qui, selon toute vraisemblance, sont les premiers responsables des « dinam-pokonolona », genres de « contrats communautaires », pour traquer tout acte de banditisme. Une insécurité boostée par l’incurie récidive des dirigeants eux-mêmes. En somme, ils sont victimes de leurs propres turpitudes. Tel un fou qui, allongé sur le sol, crache sur lui-même (« mandrora mitsilany »). Débordés, nos barons n’ont qu’à s’en mordre les doigts !
Ndrianaivo


Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff